Asie Mineure
La Lycie

Arycanda

Cité lycienne sur le cours de l’Arycandos. Le sufixe "anda" évoque son ancienneté anatolienne ; elle fut vraisemblablement fondée au IIe millénaire av. J.-C mais les découvertes archéologiques ne sont pas antérieures au Ve siècle av. J.-C. Tour à tour possession des Perses, d’Alexandre, des Lagides et des Séleucides, elle échut enfin à Rhodes par la paix d’Apamée. Elle était membre de la confédération lycienne.

Arycanda : le théâtre grec.

Les habitants d’Arycanda étaient célèbres pour la liberté de leurs mœurs et une certaine propension à la dépense. Couverte de dettes, la cité s’allia à Antiochos III contre les Lagides.

La ville se développa en terrasses surplombant la rivière. Le théâtre, de pur style grec, fut pourtant construit au IIe siècle apr. J.-C. sur une pente naturelle.

Arycanda possède deux nécropoles d’une superficie importante. Dans la nécropole de l’est, on peut observer des monuments élégants bien décorés : une tombe à podium, d’une taille importante et de style corinthien, comporte des inscriptions, un bas-relief représentant un lion et le couvercle du sarcophage est décoré d’une tête de lion ; une chambre funéraire dont la porte est surmonté d’un bucrane entouré de deux créatures ailés.

Les autres vestiges principaux sont constitués d’un stade, d’un odéon, d’un bouleterion, d’une agora et de thermes.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 8 juillet 2020
2005-2020 © Clio la Muse