Monde Grec
Grèce classique
Les Cités grecques
Thèbes

Thèbes



Selon la légende, la ville aurait été fondée par Cadmos (d’où son autre nom de Cadmée), qui selon un oracle qui lui avait été rendu, choisit comme site l’emplacement où s’était arrêtée une génisse qu’il poursuivait. Dans les faits, la cité est d’origine mycénienne.

Dès le VIe siècle, Thèbes affirme sa prépondérance sur les autres cités au sein de la confédération béotienne. Thèbes joua un rôle majeur durant la Guerre du Péloponnèse et contribua à la défaite d’Athènes dont elle réclama la destruction totale en vain. En 382, les Spartiates appuyèrent un coup d’État à Thèbes et y laissèrent une garnison pour soutenir le nouveau tyran. En 379/378, grâce à l’aide d’Athènes, les exilés thébains dirigés par Pélopidas libérèrent leur cité. Après sa brillante victoire sur les hoplites spartiates à Leuctres en 371, Thèbes devint la nouvelle puissance de la Grèce, continuellement en lutte pour s’assurer le contrôle de la ligue béotienne.

Les ambitions de Thèbes incitent Athènes et Sparte à s’allier en signant le traité de Callistrate (369) auquel Thèbes réplique par l’envoi de garnison dans les cités. Athènes et Sparte envoient alors leurs ambassadeurs plaider leur cause auprès du roi perse mais celui-ci donne raison aux Thébains (367), impose une nouvelle paix et consacre l’indépendance de la Messénie. L’alliance thébaine parvient à atirrer dans son orbite des cités maritimes comme Byzance, Chios et Rhodes  . Thèbes intervient dans le Péloponnèse, aide les Arcadiens à s’organiser. Thèbes envoie aussi des armées en Thessalie, arbitre les querelles de trône en Macédoine.

Mais cette hégémonie sera de courte durée. Thèbes commet la même erreur qu’Athènes et Sparte avaient commises avant elle : elle épuise son armée par ses interventions militaires permanentes, elle se rend insupportable aux autres cités par son hégémonie. La guerre avec Sparte et Athènes est dès lors inévitable. En 362, Athènes et Sparte sont de nouveau vaincues par les Thébains à Mantinée mais dans la bataille Epaminondas et deux de ses meilleurs généraux succombent. La suprématie militaire de Thèbes tenant essentiellement à son brillant général, après la mort d’Epaminondas, Thèbes sera stoppée dans son ascension.

 

 Bibliographie :
  • Les Béotiens / Henri EFFENTERRE (van)

Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 21 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse