Asie Centrale
Bactriane & Margiane

Bactres et la Bactriane

L’antique Bactriane correspond géographiquement au sud de l’Ouzbékistan et du Tadjikistan et au nord-ouest de l’Afghanistan actuels. Habitée dès l’Age du Bronze, la Bactriane était une région célèbre dans l’Antiquité en raison de ses richesses minérales et de sa prospérité agricole. A ce sujet, elle faisait figure de terre paradisiaque aux ressources inépuisables, d’où l’insistance des grands conquérants à chercher à s’en emparer.

A la fin du IIe millénaire, la Bactriane se caractérise par deux ensembles géographiques distincts : la partie orientale, avec des sites comme Shortughaï, se rattache au monde harappéen ; la partie occidentale, avec des sites comme Djarkutan, correspond plutôt aux cultures qui se sont développées en Asie centrale à l’Age du Bronze. A partir du début du Ier millénaire, après une longue période de déclin, la région redevient florissante et semble être unifiée. C’est alors une grande province agricole bien mise en valeur par un réseau de petits « manoirs », où vivent familles et tribus, gérant leur propre système d’irrigation et de pâturage, comme à Kyziltepe.

JPEG - 36.4 ko
© Encyclopédia Universalis


Dès le VIIe-VIe siècle, apparaissent villages et grandes villes fortifiées. Cette hiérarchie des sites, la présence de bâtiments spécialisés (greniers) et d’une architecture plus monumentale, ainsi que la spécialisation des artisans traduisent peut-être l’apparition d’un pouvoir centralisé dominé par une aristocratie cavalière résidant dans la cité de Bactres.

Conquise par Cyrus, la région est réunie à la Margiane et la Sogdiane   pour former la satrapie achéménide de Bakhtrish. Les Bactriens sont mentionnés parmi les peuples ayant contribué à la réalisation du palais de Darius à Suse. Ils sont représentés sur les bas-reliefs de Persépolis : ils portent de longues barbes, ont les cheveux frangés sur le front, la tête ceinte d’un diadème et armés de courtes lances. Durant les Guerres Médiques, les Bactriens fournissent un important contingent aux Perses et les Branchides, prêtres du temple d’Apollon à Didyme, auraient donné leur trésor à Xerxès qui pour les en remercier leur permit de s’installer en Bactriane (peut-être à Talashkan Tepe). Durant la période achéménide, l’agriculture se développe par la construction de nouveaux canaux d’irrigation et connaît une certaine prospérité, comme l’atteste le trésor de l’Oxus.

Dès le IIIe siècle av. J.-C., les Grecs de Bactriane commerçaient avec le Sri Lanka, par l’intermédiaire des Indiens, comme l’attestent les nombreuses monnaies indo-grecques, indo-scythes et kouchanes trouvées un peu partout sur l’île.

La Bactriane sera difficilement conquise (329-327) par Alexandre et fera ultérieurement régulièrement l’objet de rebellions. Puis elle devient province séleucide. Au IIe siècle av. J.-C., la Bactriane voit se développer un royaume gréco-bactrien. Une vague de nomades submergea progressivement la Bactriane tout entière dès le milieu du IIe siècle av. J.-C. La province demeure fractionnée en petites baronnies locales jusqu’à l’émergence de la domination des Kouchans. Durant la domination sassanide, la Bactriane prendra le nom de Tokharistan.

Bactres

Aujourd’hui Balkh, à environ 20 kilomètres au nord-ouest de Mazar-e Chrafif, en Afghanistan. Dès l’Antiquité, la ville doit son importance à sa position de carrefour entre la route terrestre qui relie l’Iran à la Chine et celle qui mène en Inde. Elle est mentionnée dans l’inscription de Behistoun sous le nom de Bakhtrish et dans l’Avesta sous l’appellation de Bakhdi. Zoroastre y aurait trouvé refuge. Artaxerxès Mnémon y aurait consacré une statue à la déesse Anahita.

En 329, Bessos s’y fait reconnaître « Roi d’Asie » après le ralliement des satrapies d’Arie et d’Arachosie au soulèvement contre Alexandre. Ce dernier y installe une puissante garnison et y épouse (327) Roxane. C’est à Bactres qu’Alexandre aurait déjoué le complot dit « des Pages ». Bactres devint capitale du royaume gréco-bactrien puis de l’empire des Grands Kouchans. Bactres était un haut lieu du bouddhisme avec le célèbre monastère de Naubahar.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 21 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse