Monde Grec
Grèce classique
Les Cités grecques
Athènes
Sparte
Thèbes

Delphes

La cité, sur le versant sud du mont Parnasse, était considérée comme l’une des plus vieilles du monde, d’où son surnom de « nombril du monde ». L’oracle d’Apollon à Delphes prit son essor à l’époque archaïque et devint l’un des sanctuaires les plus révérés. Delphes était dirigée par un conseil d’amphictyonie  , habituellement dirigé par la Thessalie. En 590 av. J.-C., la première « guerre sacrée » oppose les cités grecques entre elles pour le contrôle du sanctuaire.

L’oracle de Delphes

Au sanctuaire de Delphes, on consulte le dieu Apollon sur l’opportunité d’un mariage, d’un prêt, d’un voyage ; on l’interroge sur les récoltes, sur les trésors, sur les héritages. Toux ceux qui avaient une décision importante à prendre venaient la consulter : la paix et la guerre, changements constitutionnels, fondation de colonies ne sont jamais décidés sans une consultation du dieu.

JPEG - 90.5 ko
Temple d’Apollon à Delphes

Le Pythie était choisie parmi les filles de Delphes. Elle devait être chaste, belle et jeune et surtout ignare, telle que la voulait son époux Apollon. Puis on choisit ultérieurement des femmes qui avaient dépassé la cinquantaine d’années. Quiconque voulait interroger l’oracle, devait payer une taxe et offrir un sacrifice préliminaire sous la forme d’une chèvre. Avant de l’égorger, on aspergeait cette chèvre d’eau froide. Si elle tressaillait ou grelotait sous la douche, on concluait à la bienveillance d’Apollon. La Pythie, après purification, descendait alors dans le sous-sol du temple, s’installait sur le bord du gouffre où elle recevait le « souffle » divin. Puis , assise sur un trépied, la Pythie rendait son oracle censé être directement inspiré par Apollon. Ses paroles incohérentes étaient interprétées par des prêtres, les chresmologues.

Reconnaissante, les cités consacraient dans le sanctuaire des monuments votifs, des objets précieux et des pièces d’or. Lors de sa destruction, le temple d’Apollon contenait un trésor estimé à dix mille talents   d’or et d’argent.

Rôle politique

L’oracle de Delphes devint un élément régulateur de toute la vie grecque. Il avait une grande autorité morale : les préceptes des sept sages inscrits sur les murs du temple invitaient les fidèles à la modération et à l’examen de soi-même : « Connais toi toi-même ». Delphes était l’un des sanctuaires panhellèniques qui entretenaient le sentiment d’une nationalité grecque. C’est là que se déroulaient les Jeux Pythiques panhelléniques, les plus importants jeux après ceux d’Olympie. Ils auraient été institués par Apollon lui-même pour commémorer sa victoire sur le serpent Python.

Formé d’apports multiples, le culte delphique étendit son influence sur tout le monde grec et même chez les Barbares. Lorsque dans la seconde moitié du VIe siècle, une souscription est ouverte pour reconstruire le temple incendié, le roi d’Égypte Amasis et le roi de Lydie Crésus joignent leurs offrandes à celles des Grecs du continent et des colonies.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse