Asie Centrale
Scythes

Les Scythes

Pendant huit cents ou mille ans, les Scythes ont occupé l’immense steppe qui s’étend entre l’Altaï et le nord de la Mer Noire et diffusé partout leur culture originale. Peuple de tradition orale, les Scythes ignoraient l’écriture : leur civilisation ne fut longtemps connue qu’au travers du récit d’Hérodote. Ils n’ont pas créé une civilisation mais un style dont l’influence a été grande tant géographiquement qu’historiquement.

Origine des Scythes

Mythes...

JPEG - 36.9 ko
Extrémité d’un torque en or.

Selon Hérodote, le premier Scythe aurait été Targitaos, né de l’union de Jupiter et d’une fille du fleuve Borystène  . Targitaos, premier roi scythe, aurait régné vers 1500 av. J.-C. Les Grecs du Pont-Euxin prétendaient, pour leur part, que les Scythes descendaient de l’union d’Hercule et d’un monstre, mi-femme, mi-serpent ; des trois fils issus de cette rencontre, deux, Agathyrse et Gélon, furent incapables de bander l’arc paternel. Seul le dernier, Scythès, y parvint et fut le fondateur de la dynastie scythe.

Diodore de Sicile privilégie une troisième légende : celle de la migration des Scythes originaires d’Asie. Les Scythes occupaient les bords de l’Araxe   puis se déplacèrent vers le Caucase qu’ils franchirent pour s’installer dans la plaine entre la Mer Caspienne et la Mer d’Azov jusqu’au Don. De l’union de Zeus et d’une déesse serpent serait né Scythès.

...et réalités

JPEG - 17.9 ko
Perederieva Moguila : casque de parade en or orné d’une scène de combat (IVe siècle av. J.-C).

L’origine des Scythes est mystérieuse et sujet à controverses. Les corps momifiés de Pazyryk sont en nombre insuffisant pour élaborer une hypothèse raciale raisonnable. Les peuples connus des Grecs sous le nom de Scythes (Skuthoi) sont les mêmes que les Chinois désignaient sous le nom de Sai, les Assyriens désignaient sous le nom d’Askhuzai et que les Perses et les Indiens connaissaient sous le nom de Sakâs ou Caka, ou Saces. Eux-mêmes s’appelaient Skudat, c’est à dire « archers ». La nomenclature perse achéménide distingue les Saka Haumavarka proprement dits et qui devaient habiter au Ferghana et vers Kachgar, les Saka Tigrakhauda qui devaient habiter vers l’Aral, sur le bas Syr-Darya et les Saka Taradaya, c’est à dire d’outre mer en Russie méridionale, qui sont proprement nos Scythes historiques.

JPEG - 15.4 ko
Pazyryk tombe N°2 : épingle en bois et cuir (Ve siècle).

Selon l’hypothèse la plus commune, les Scythes appartiennent à la branche indo-iranienne du groupe indo-européen. Leur langue est de type iranien et proche de celle utilisée dans l’Avesta. Vers 1700 av. J.-C., ils occupaient la région autour du fleuve Ienissei, d’où ils se dirigèrent vers le Caucase en contournant l’Altaï. Une partie d’entre eux demeura nomade dans les steppes du Turkestan, l’autre partie se sédentarisa dans les vallées. Ces sédentaires travaillaient le cuivre, le bronze et les premières traces d’une poterie brune à dessins géométriques apparurent. A l’époque, les morts étaient inhumés dans des tombes marquées d’un cercle de pierre. Vers 1200, apparurent les premiers tumuli.

Au début, de 700 à 550 environ, le centre de la culture scythe reste cantonnée ; dans les steppes du sud-est, vers le Kouban et la presqu’île de Taman. Sans doute, les Scythes dominaient déjà aussi en Ukraine méridionale, entre le bas Dniepr et bas Boug. La zone la plus septentrionale atteinte à l’Ouest par l’expansion scythe se trouve à la limite nord des steppes forestières, un peu au sud de Kiev et dans la région de Voronej. Vers le nord-est l’expansion scythe, en remontant la Volga, atteignit la région de Saratov, où des découvertes importantes ont été faites. Il est possible que les Scythes n’aient jamais constitué en Russie méridionale qu’une aristocratie, superposée à un substrat cimmérien, c’est à dire Thraco-phrygien. [1]

Flux...

JPEG - 24 ko
Kul-Oba : applique en or représentant un cavalier scythe (IVe siècle)

Comme tous les peuples de la steppe qui leur succèderont, c’est vraisemblablement la pression démographique qui conduisit les Scythes à quitter leur site d’implantation originelle. Au IXe siècle av. J.-C., les Hiung-Nu (Huns) sont repoussés par les Chinois et se retournent vers leurs voisins de l’ouest qui eux-mêmes repoussent leurs voisins occidentaux selon un mouvement de vagues successives. Les Massagètes   s’attaquent ainsi aux Scythes,
établis au Turkestan et en Sibérie occidentale, qui eux-mêmes, alliés des Assyriens, se retournent contre les Cimmériens qu’ils écrasèrent dans le Pont vers 638 sous le règne d’un roitelet scythe, Bartatoua.

Dix ans plus tard, son fils, appelé Madyès selon Hérodote, vint à l’appel de l’Assyrie, envahie par les Mèdes, envahir lui-même la Mèdie, qu’il subjugua (en 628). Les Scythes envahirent alors la Mésopotamie, la Syrie et la Palestine faisant naître partout la terreur sous leurs pas. Le prophète Jérémie (VI,23) nous en a transmis l’écho.

JPEG - 38.1 ko

Scythes de l’Ouest (Scythie)

Au deuxième siècle apr. J.-C., le géographe Ptolémée appelle indistinctement « Scythie » toute l’Asie centrale.

JPEG - 45.3 ko


...et reflux

JPEG - 27.9 ko
Guerrier scythe et hoplite grec.

Maîtres de toute l’Asie qu’ils dominèrent pendant vingt ans, les Scythes s’avancèrent vers l’Égypte. En 611, Psammétique Ier vint au-devant d’eux et, en leur payant tribut, les détourna d’aller plus avant. Ils revinrent donc en Asie, où ils multiplièrent exactions et pillages. La révolte des Mèdes conduite par Cyaxare les repoussa vers le nord. Certains se retournèrent contre l’Urartu ; d’autres s’installèrent au sud-est de la mer Caspienne, où ils se fondirent avec les Dahes de même race qu’eux ; une poignée atteignit les Indes. Mais, la plus grande masse des Scythes continuèrent leur chemin vers le Caucase et la Russie méridionale.

En 512/514 av. J.-C., Darius, las de leurs incursions périodiques, lança contre eux une formidable armée de 700 000 hommes qu’il commanda en personne. Découragé par la stratégie scythe qui consistait à refuser le choc frontal, Darius renonca à vaincre ces turbulents nomades.

Le roi scythe Aristagoras tenta une contre-offensive en demandant l’alliance du roi de Sparte, Cléomène Ier. Darius ayant pris Abydos, colonie de Sparte, l’alliance échoua. Aristagoras dut se contenter de piller la Thrace en 495 et de chasser le tyran Miltiade de la cité de Chersonèse  . Au IVe siècle, des tribus scythes s’avancèrent dans les territoires actuels de la Roumanie et de la Hongrie. En 331, les Scythes infligèrent une défaite à la phalange   macédonienne des armées d’Alexandre commandée par le gouverneur de Thrace Zépyrion.

C’est seulement au IIIe siècle av. J.-C., que les Scythes furent à leur tour envahis par une nouvelle vague nomade, celle de leurs voisins Sarmates.



[1René Grousset, l’Empire des Steppes

 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 20 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse