Monde Grec
Macédoniens

La Macédoine

Le pays comprend deux régions : la plaine de Basse-Macédoine entre la montagne et le golfe de Thermaïque et les cantons montagneux de Haute-Macédoine, bassins fermés, encadrés de montagnes boisées. Les terres sont fertiles et donnent de belles récoltes. Les fleuves sont nombreux et assurent une bonne irrigation des pâturages. Les côtes sont basses et marécageuses. Le climat est plus
continental et plus humide que celui de Grèce.

Grecque ou barbare ?

Si les Macédoniens étaient considérés comme Barbares, c’est que les Grecs ne comprenaient pas leur langue, bien qu’il s’agissait d’un dialecte grec. Archaïque, peu urbanisé, très continental, le petit royaume macédonien contrastait avec le monde grec. C’était un peuple de paysans et de pâtres qui habitaient des bourgades et ignoraient la vie urbaine. Les capitales comme Aigai ou Pella n’étaient pas des cités à la mode hellénique, car elles n’avaient pas d’organisation politique.

La vie sociale et politique macédonienne était à l’opposé de la Grèce. Le système politique était une survivance de l’époque archaïque : une monarchie héréditaire appuyée sur une aristocratie terrienne et militaire soumise régulièrement à des crises de succession assez violentes.

Brève histoire

Le royaume de Macédoine apparut vers 650 av. J.-C. Les premiers souverains, les Argéades, s’installèrent autour d’Aïgaï et firent édifier leurs tombeaux à Vergina. En 512, les Macédoniens aidèrent Darius à conquérir la Thrace et le roi Amyntas Ier reçut en récompense la zone limitrophe à son royaume. La même année, Amyntas Ier accueillit le tyran Hippias.

Son fils Alexandre Ier participa vers 506 aux Jeux Olympiques. C’est de son règne (497-454) que date l’expansion macédonienne : il aurait annexé la Piérie et la Bottiaea jusqu’à Pella. En 492, il maria sa sœur avec le satrape Megabaze. Lors de la première Guerre Médique, il facilita le passage des Perses à travers la Thessalie et poussa Athènes à accepter une capitulation avantageuse. Devant la défaite perse, il se rapprocha des cités grecques et annexa des territoires qui appartenaient jusque là à la satrapie de Skudra (Thrace). A sa mort, le royaume connaît une certaine instabilité.

Perdiccas II (454-413) signa un traité avec Athènes mais celle-ci ne tarda pas à soutenir ses opposants car Athènes, attirée par les richesses minières de la région , cherchait à développer ses colonies et à contrôler le commerce dans le nord de la mer Egée. C’est l’avènement de Philippe en 359 et la fabuleuse épopée de son fils Alexandre qui feront sortir la Macédoine de l’ombre.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse