Iran ancien
Achéménides

Darius Ier

Roi perse de 522 à 486 av. J.-C. Darius fut, sans conteste, un des plus grands souverains de l’Asie antérieure. Infatigable, combattant de tous côtés, d’une intelligence et d’une énergie peu communes, ce roi s’intéressait à tout et fit preuve d’une activité débordante.

A la conquête du pouvoir

JPEG - 20.6 ko
© Jean Savaton
Bas-relief représentant Darius.

Cambyse II meurt sans enfant mâle en 522, ce qui ouvre une crise dynastique. Juste avant sa mort, le mage Gaumata s’était rebellé contre Cambyse II et emparé du trône. Il fut exécuté par Darius quelques mois plus tard ; celui-ci se proclama roi mais sa légitimité fut contestée par huit prétendants qui déclenchèrent une série de rebellions. Car Darius est de sang noble, mais pas royal : fils de Vishtaspa (en grec Hystaspe) gouverneur de la province de Parthie et d’Hyrcanie. Plusieurs satrapes refusent de lui obéir, Darius les défait successivement et fait graver une célèbre inscription trilingue sur le rocher de Bisoutoun. C’est ainsi qu’en dix-neuf batailles et sept années de combats, Darius et ses généraux vainquirent neuf prétendants qui s’étaient proclamés rois.

Darius le conquérant

A l’est, vers 512, Darius prit le Gandhara et la vallée de l’Indus. Puis, il dirigea sa première grande expédition contre les Scythes d’Europe (vers 514-512). Les Scythes, suivant l’habituelle coutume des nomades de la steppe, reculèrent devant lui, l’attirant toujours plus loin à l’intérieur de la steppe, mais Darius eu la sagesse de se retirer avant de subir un désastre.

JPEG - 12.2 ko
© Jean Savaton
Buste de Darius provenant de Suse.

Il rentre à Sardes en laissant le soin à son général Mégabyze de réduire les cités grecques de Thrace en satrapie. Amyntas, roi de Macédoine se soumet. En 499, il doit faire face à la révolte ionienne partie de Milet et soutenue par les Athéniens. En 494, la révolte est écrasée et sévèrement châtiée. En 492, pour se venger d’Athènes, il confie à ses généraux une expédition (Ire Guerre Médique) qui est stoppée à Marathon en 490.

Darius se rend en Égypte où il ne néglige rien pour se concilier l’appui du clergé. L’Égypte fut prospère sous le règne de Darius ; elle formait la sixième satrapie avec Cyrène, Barca   et la Basse-Nubie. Darius achève ou rouvre le canal reliant le Nil à la Mer Rouge. Il fait élever un temple à Amon à Thèbes. Mécontents des lourdes charges qu’ils avaient à payer, les paysans égyptiens se révoltent en 486.

Darius le réformateur

Au début de 520 débarrassé de tous ses ennemis, il entreprit alors la réorganisation de son vaste empire avec la création de 23 satrapies. Il prend soin de ne pas concentrer tous les pouvoirs dans la main d’un seul personnage : à côté du satrape, il place un commandant militaire et un secrétaire d’État, chacun reçoit directement ses ordres de la cour et tous se surveillent mutuellement.

Il relève la ville de Suse de ses ruines et édifie Persépolis où il mène une vie fastueuse. Il fait construire la fameuse route royale. Une loi commune fut imposée à tous les peuples conquis. Il fait preuve d’une grande tolérance envers chaque religion et cherche le plus souvent à associer à son règne les peuples vaincus plutôt qu’à les oppresser. Les divers moyens de paiement furent remplacés par un système monétaire unique, inspiré du système de Crésus, où coexistent deux moyens de paiement : la darique d’or et la sicle   d’argent.

Darius meurt alors qu’il préparait une expédition pour mater la rébellion égyptienne. Son règne avait duré trente-six ans. Après sa mort, l’immense empire se trouva en difficulté, l’autorité perse ne parvenant plus à empêcher les révoltes parmi les satrapies.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 3 juin 2015
2005-2017 © Clio la Muse