Afrique
Égypte

L’Etat égyptien

Pharaon

Le terme pharaon, du grec pharaó , dérive de per-aa , « grande maison », mot par lequel les anciens Égyptiens désignèrent tout d’abord la résidence du souverain, puis le souverain lui-même. Cependant, pharaon n’a jamais été le titre effectif du roi. La titulature officielle comportait cinq noms dont les deux derniers figuraient dans un cartouche. Pour les anciens Égyptiens, le pharaon était un dieu : en tant qu’héritier d’Osiris, il était considéré comme l’Horus vivant, et comme tel le garant de l’unité, de la prospérité et de la sécurité du pays. Mais il était aussi, selon les circonstances, le fils de ou d’Amon, le père et la mère de tous les hommes. Les attributs de son pouvoir étaient des couronnes de divers types dont, en premier lieu, le pschent, le sceptre heka  , le fouet nekhekh, la barbe postiche, et il portait à sa ceinture une queue d’animal qui lui retombait sur les reins.

Les nomes

Les anciens Égyptiens appelaient leurs districts territoriaux sepat , en grec nomós. L’extension, les limites et le nombre des nomes changèrent au fil du temps, mais l’ancienne Égypte a été la plupart du temps subdivisée en quarante-deux nomes, vingt pour la Basse-Égypte et vingt-deux pour la Haute-Égypte. Le chef-lieu du nome constituait le siège du fonctionnaire délégué par le pouvoir central pour superviser l’administration du territoire ; conformément à la terminologie grecque, on l’appelait « nomarque ».

Haute Égypte et Basse Égypte

Le terme de Haute-Égypte désigne la longue vallée alluvionnaire du Nil, d’environ 800 km de longueur, qui sépare Le Caire d’Assouan. La région avait pour divinité tutélaire la déesse-vautour Nekhbet de Nekheb (l’actuelle El-Kab) et pour symbole héraldique le lotus. La Basse-Égypte correspond à la région du delta du Nil. Elle avait pour dieu tutélaire le cobra Ouadjet de Bouto et pour symbole héraldique le papyrus.

À l’époque prédynastique, le roi de Basse Égypte portait une couronne rouge (desceret) tandis que le souverain de la Haute-Égypte portait une couronne blanche en forme de mitre (hedjet). Parallèlement, la couronne rouge était coiffée par la déesse tutélaire de la Basse-Égypte, Ouadjet, tandis que la blanche était propre à Nekhbet, patronne de la Haute-Égypte. Par la suite, le pharaon, se proclamant « roi de la Haute et de la Basse-Égypte », unira les deux couronnes, ce nouveau couvre-chef prendra le nom de pschent, terme grec dérivé de l’égyptien pa-sekhmety, « les Deux Puissants », expression qui fait manifestement allusion à ces deux divinités.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse