Asie Mineure
La Lycie

Arycanda

Cité lycienne sur le cours de l’Arycandos. Le sufixe « anda » évoque son ancienneté anatolienne ; elle fut vraisemblablement fondée au IIe millénaire av. J.-C mais les découvertes archéologiques ne sont pas antérieures au Ve siècle av. J.-C. Tour à tour possession des Perses, d’Alexandre, des Lagides et des Séleucides, elle échut enfin à Rhodes   par la paix d’Apamée. Elle était membre de la confédération lycienne.

JPEG - 318.8 ko
Arycanda : le théâtre grec.

Les habitants d’Arycanda étaient célèbres pour la liberté de leurs mœurs et une certaine propension à la dépense. Couverte de dettes, la cité s’allia à Antiochos III contre les Lagides.

La ville se développa en terrasses surplombant la rivière. Le théâtre, de pur style grec, fut pourtant construit au IIe siècle apr. J.-C. sur une pente naturelle.

Arycanda possède deux nécropoles d’une superficie importante. Dans la nécropole de l’est, on peut observer des monuments élégants bien décorés : une tombe à podium, d’une taille importante et de style corinthien  , comporte des inscriptions, un bas-relief   représentant un lion et le couvercle du sarcophage est décoré d’une tête de lion ; une chambre funéraire dont la porte est surmonté d’un bucrane   entouré de deux créatures ailés.

Les autres vestiges principaux sont constitués d’un stade, d’un odéon  , d’un bouleterion  , d’une agora   et de thermes.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse