Arabie & Levant
Nabatéens

Bosra

JPEG - 33.7 ko
© Jean Savaton
Le théâtre de Bosra.

On ne connaît pas la date exacte de fondation de la ville, mais le site est déjà occupé au IIe millénaire. Dès le IIIe siècle av. J.-C., les Nabatéens infiltrent la région du Hauran où ils se contentent de nomadiser. Au Ier siècle, le Hauran est intégré au royaume nabatéen. La cité proprement dite de Bosra est fondée par Arétas III.

Période nabatéenne

Elle s’affirme bientôt comme la deuxième cité de Nabatène. Contrairement à Pétra, la cité est au cœur d’une riche région de productions agricoles, notamment céréalières. Les archéologues y ont retrouvé beaucoup de céramiques nabatéennes. Au milieu du Ier siècle, les Nabatéens construisent un nouveau quartier à l’est de la ville antérieure. Au centre, un ensemble monumental a été édifié, sans doute un sanctuaire à Dushârâ. On peut encore y voir un arc aux chapiteaux à cornes caractéristique de l’architecture nabatéenne.

JPEG - 32.9 ko
© Jean Savaton
Le théâtre de Bosra.

Bosra entre véritablement dans l’histoire lorsqu’elle devient capitale régionale de la Nabatène, au IIe siècle avant J.-C. En effet, à cette époque, les voies commerciales de la Nabatène sont détournées vers le nord, et Pétra, leur capitale, devient trop excentrée.

De plus, le blocus imposé par les Romains, même s’il n’est pas total, force les Nabatéens à de nouvelles activités agricoles dans les territoires fertiles de la région de Bosra. Au Ier siècle avant J.-C., sous Rabbel II, Bosra devient officiellement capitale de la Nabatène. C’est de cette période que date l’arc monumental : le niveau inférieur est décoré de huit colonnes, coiffées de chapiteaux nabatéens, et de deux niches ; au niveau supérieur six niches. L’ensemble rappelle l’ordonnancement du Deir. Il semble que Rabbel II ait voulu édifier une nouvelle ville ordonnancée autour du temple de Dushara.

Période romaine

En 106 après J.-C., Trajan annexe la Nabatène et crée la Province romaine d’Arabie, dont Bosra devient la capitale. Elle se trouve alors sur l’axe principal de communication, la Via Nova Trajana, au cœur d’une région très fertile. La cité était administrée par un conseil des anciens, appelé boulè et placé sous la présidence d’un proèdre, une assemblée du peuple divisée en tribus, et des magistrats divers (archontes, astynomes...).

JPEG - 33.3 ko
© Jean Savaton
Le théâtre de Bosra.

Durant le IIe siècle, Bosra se pare d’un décor digne d’une grande cité romaine de province. On y trace un cardo   et un decumanus   autour desquels s’organisent les édifices publics ordinaires dans les villes romaines : le palais du gouverneur, un forum avec un cryptoportique de 106 m de long avec des entrepôts attenants, des thermes, un nymphée  ...

Dans la première moitié du IIe siècle, on élève aussi un grand théâtre de 17 000 places, qui nous est parvenu presque intact. On sait que la cité comportait un temple dédié à Zeus Epicarpios et un autre à Zeus Hammon mais leur emplacement respectif n’est pas confirmé.

C’était une ville cosmopolite où se croisaient sémites et gréco-romains. La présence d’une colonie juive est attestée. C’est au début du IIIe siècle qu’une communauté chrétienne apparaît à Bosra. Bientôt les édifices de culte se multiplient. Le plus remarquable d’entre eux est la cathédrale sur plan centré, qui est construite au début du VIe siècle, et dédiée aux saints Serge, Bacchus et Léonce. On peut noter également la présence d’une ancienne basilique romaine, transformée en église, et aujourd’hui appelée « couvent du moine Bahira ». A l’arrivée de l’Islam, en 634, Bosra a déjà commencé à décliner.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse