Monde Grec
Grèce classique
Provinces grecques

L’Epire

Partagé entre l’Albanie et la Grèce, l’Épire est une région montagneuse, une terre âpre, au climat rude, que les grands plissements préhistoriques ont profondément morcelée. On y trouve un haut plateau où s’étale un lac sans écoulement visible et, tout au sud, une plaine fertile qui borde le littoral. Le reste du pays est ingrat, aride, soumis à des hivers d’une extrême rigueur.

A l’époque classique elle n’était pas considérée comme faisant partie de la Grèce, bien que la population y soit de race hellénique, mais avec une forte influence illyrienne. Comme en Macédoine, les colonies grecques qui se sont installées sur la côte en sont les foyers de civilisation. L’hellénisation commence à se répandre par la famille royale, les Molosses, avant de gagner la population. Les Molosses prétendent ainsi se rattacher par Néoptolème à Achille.

Les Grecs considéraient les Molosses comme des semi-Barbares mais leurs rois se flattaient de descendre d’Éaque, grand-père d’Achille ; selon la légende, le fils d’Éaque aurait porté le nom de Néoptolémos ou de Pyrrhus, patronymes qui furent ceux de plusieurs monarques molosses. An milieu du IVe siècle av. J.-C., le roi s’appelait effectivement Néoptolémos. A sa mort, il laissa un fils en bas âge, Alexandre, et une fille, Olympias, son aînée de quatorze ans. Durant la guerre du Péloponnèse, le roi Tharyps est l’allié d’Athènes, mais ce n’est qu’au IIIè siècle que l’Épire prendra place parmi les États grecs.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse