Iran ancien
Parthes

Religion des Parthes

JPEG - 17.4 ko
Homme debout (I-IIe siècle).

Il est quasiment impossible de retracer l’histoire religieuse des Parthes. Aucune littérature religieuse de cette époque ne nous est parvenue. Ce qui est certain, c’est que la religion iranienne est mêlée, après la conquête d’Alexandre, d’éléments étrangers, grecs et sémitiques. Sur les monnaies parthes sont représentés des dieux grecs. Certains souverains se firent appeler dieux ou représenter comme tels : ainsi Phraatès Ier sera figuré en Héraclès, avec une massue sur l’épaule. Les monnaies de Mithradate Ier portent des représentations de Zeus ou de Déméter. Vers le milieu du Ier siècle apr. J.-C., il semble qu’il y ait eu une réaction contre l’hellénisme : les dieux iraniens réapparaissent, ainsi que les légendes en caractères pehlevi. Le culte du feu est aussi attesté.

Les Parthes étaient vraisemblablement zoroastriens. Les textes sacrés du zoroastrisme ont été compilés pour la première fois à l’époque parthe.
Les sites d’Assour, de Hatra et de Doura-Europos laissent entrevoir la situation religieuse de ces villes cosmopolites, où se côtoyaient religion astrale des sémites, apports grecs et iraniens, et nouvelles religions, telles que le culte de Mithra, le christianisme et le judaïsme. Mais les vrais centres religieux des Arsacides ont été Nisa, Istaxr (Perside), Shiz (Azerbaïdjan) et Ray (Médie). Le culte de la déesse Anahita est bien attesté, jusqu’en Arménie.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 21 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse