Iran ancien
Élamites
Mèdes
Achéménides
Parthes
Sassanides

Tépé Sialk

Site archéologique majeur dont l’étude permis de reconstituer la chronologie de la préhistoire sur le plateau iranien grâce aux trois campagnes de fouilles qui conduisit l’archéologue Roman Ghirshman entre 1933 et 1937.

JPEG - 22.8 ko
© Jean Savaton
Tell de Tépé Sialk.

Au Ve millénaire, Sialk I, est un village de huttes de branchages, remplacées ensuite par de demeures en pisé. L’élevage (bœuf et du mouton) et l’agriculture sont à la base de l’économie, et l’outillage est en silex. Les morts sont inhumés en position fléchie, sous le sol des demeures, enduits d’ocre rouge, et accompagnés d’un mobilier rudimentaire. Par des apports nouveaux extérieurs, s’élabore progressivement une évolution vers Sialk II.

Les demeures sont alors construites en briques crues, grossièrement modelées, et les parois intérieures sont enduites de peinture rouge. L’économie est toujours fondée sur l’agriculture et l’élevage, et, pour la première fois dans ces régions, le cheval apparaît.

La phase   suivante (Sialk III), date des environs de 3800 à 3000 av. J.-C. Les nouveautés témoignent d’un certain nombre de bouleversement. Les briques des maisons sont moulées et cuites, et la pierre fait son apparition dans l’architecture. Sialk III est détruite par un incendie, et la ville de Sialk IV présente des aspects nouveaux marqués par de fortes influences venues de l’Elam. Les tombes contiennent un mobilier funéraire important, avec vases en albâtre  , bijoux en cuivre, or, argent, lapis-lazuli et cornaline. Les cylindres se substituent aux cachets avec représentation d’animaux. On a également retrouvé des tablettes pictographiques proto-élamites qui datent ce niveau de la fin du IVe millénaire environ, et du début du millénaire suivant.

Puis, le site est alors abandonné pendant plus d’un millénaire. Sialk V, qui représente une occupation par une nouvelle population dans la seconde moitié du IIe millénaire environ, est uniquement représenté par sa nécropole située à 150 m du tepe. Les derniers niveaux, Sialk A et B, portent les traces de la présence d’un bourg fortifié avec palais, quartiers d’habitation et nécropole. Les archéologues y ont retrouvé des bijoux d’argent et de bronze, comparables aux objets scythes.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse