Iran ancien
Parthes

Doura Europos

C’est l’une des villes hellénistiques les mieux connues, fondée par Séleucos Ier pour en faire une place forte du limes hellénistique face aux Parthes présents de l’autre côté de l’Euphrate. Conquise au IIIe siècle av. J.-C., Doura Europos est annexée à l’empire parthe et devint une colonie militaire et une place forte parthe.

JPEG - 21.6 ko
© Jean Savaton
Porte principale de Doura Europos.

Les Romains occupent la ville en 166 après J.-C. Depuis Doura Europos, Septime Sévère lance une expédition, en 199, pour s’emparer de Séleucie, capitale des Parthes. Dès lors, Doura Europos dépend étroitement du royaume de Palmyre dont elle est le poste frontière. En 227, les Sassanides remplacent les Parthes au-delà de l’Euphrate. Ils reprennent la ville en 253, puis la détruisent, à l’issue d’une révolte en 256. Dès lors, Doura Europos est une ville oubliée.

Cette ville offre un plan hippodamien   typique. Un réseau de rues, se coupant à angle droit, partage la ville en blocs rectangulaires appelés insulae, la majorité de ces blocs est réservée à l’habitation, les autres aux édifices publics (temples, agora  ...). Il s’agit d’un plan colonial et la place faite à l’aspect monumental est manifestement secondaire. De cette époque ne subsiste que le rempart renforcé de tours circulaires.

JPEG - 30.5 ko
© Jean Savaton
Insulae de Doura Europos.

Un des aspects les plus marquants du site sont les lieux de culte qui témoignent de la tolérance religieuse qui a règnée à Doura Europos.

JPEG - 25 ko
© Jean Savaton
La synagogue de Doura Europos.

Les fouilles archéologiques ont révélé la coexistence d’édifices religieux appartenant à des religions différentes : temples de Bel, de Zeus Theos, d’Adonis, de Tyché, de Mithra, de Jupiter, aux dieux palmyréniens, un baptistère chrétien et une synagogue. Les murs de cette dernière, entièrement remblayée par les défenseurs de la ville, ont été conservés sous le sable jusqu’à une hauteur de 2 à 3 mètres. Cet édifice aux peintures exceptionnelles est reconstitué au Musée de Damas.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse