Iran ancien
Élamites

Tchoga-Zanbil

Le nom actuel de Tchoga-Zanbil correspond à l’antique cité de Dur Untash, dominant à l’ouest le cours de l’Ab-e Diz, affluent du Karun. La ville est fondée à l’époque élamite par Untash-Napirisha (1275 - 1240 av. J.-C) à mi-chemin d’Anshan et de Suse. C’était une capitale religieuse. Roman Ghirshman effectua l’exploration complète du site de 1951 à 1962. Le site présente la mieux préservée et la plus grande de toutes les ziggourats de la région mésopotamienne.

La ziggourat

JPEG - 19.5 ko
© Jean Savaton
Ziggurat de Tchoga Zanbil.

La première enceinte (210 mètres sur 175 mètres) renferme le temenos  . A l’origine, le temple situé au centre est un édifice carré de 105,2 mètres de côté et haut de 8 mètres. Il est dédié au dieu sumérien Inshushinak. Il est percé au milieu de chaque côté d’une porte. Dans l’épaisseur des murs, on découvrit toute une série (28) de chambres étroites pleines de briques cuites et de grandes plaques à pommeau décoratif, de clous votifs au nom d’Untash-Gal.

Ce temple est ensuite transformé en une ziggourat dont il constitue le premier étage : les massifs des quatre autres étages sont emboîtés l’un dans l’autre à partir du sol de la cour (et non pas les uns sur les autres comme c’est le cas en Mésopotamie) jusqu’à occuper toute la surface de l’ancienne cour centrale.

Contrairement aux ziggourats mésopotamiennes plus trapues et pourvues de trois escaliers extérieurs, l’accès ici se faisait par un escalier voûté, invisible de l’extérieur. Si aujourd’hui la ziggourat ne mesure plus que 25 mètres de hauteur, les deux derniers étages étant détruits, elle devait atteindre plus de 60 mètres à l’origine. La ziggourat est dédiée non plus seulement à Inshushinak mais également à Napirisha, dieu d’Anshân.

Enceintes et palais

Sur le côté nord-ouest de la ziggourat se trouvait un groupe de temples dédiés à des divinités secondaires : Ishnikarab et Kiririsha. Un mur de forme plus ou moins ovale entourait les temples et la ziggourat. La deuxième enceinte, trapézoïdale, mesure 470 mètres sur 380 mètres. Elle délimite une vaste zone presque vide, où se dressent deux ensembles cultuels. Dans la troisième enceinte (1 250 mètres sur 850 mètres) ne sont construits que trois palais et un temple, à proximité de la Porte royale aménagée en tribunal, avec une grande cour intérieure. Cette troisième enceinte devait protéger la ville de Dur Untash dont les maisons ne furent jamais bâties.

JPEG - 24.4 ko
© Jean Savaton
Ziggurat de Tchoga Zanbil.

Le palais d’Untash-Gal (XIIIe siècle av. J.-C.) fut retrouvé, en dehors du temenos. Malgré les destructions, attribuées aux Assyriens, on y a retrouvé toute une série de têtes, statuettes, animaux et amulettes en fritte et les débris de deux panneaux en mosaïque d’ivoire.

JPEG - 24.5 ko
© Jean Savaton
Ziggurat de Tchoga Zanbil.

Plusieurs tombes voûtées furent découvertes dans le sous-sol de la résidence royale, probablement des tombes royales, attestant de rites de crémation. Près de là, se dressait un temple dédié à Nusku, le dieu du feu. Pour ravitailler la population de la ville en eau, Untash-Napirisha fit creuser un canal de quelques 50 km, qui aboutit à un réservoir de décantation, à l’extérieur du rempart nord ; de là, neuf canalisations mènent l’eau décantée dans un bassin aménagée à l’intérieur du rempart.

Dur Untash fut abandonnée par les rois élamites au XIIe siècle av. J.-C. en faveur de Suse. On fit alors transporter tous les trésors de Choqâ Zanbil à Suse où ils ornèrent les temples nouvellement restaurés. En 640 av. J.-C., Dur Untash fut entièrement détruite par le roi assyrien Assurbanipal, quelques années après sa conquête de Suse.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse