Asie Mineure
La Lycie

Phasélis

JPEG - 32.7 ko
© Cem Karan
Phasélis : mosaïque dans l’agora.

Emporium   grec sur la côte lycienne probablement fondé par Lacios, dorien originaire de Rhodes  , bien que le nom de Phasélis soit de consonance sémitique. Les Phéniciens y avaient aménagé trois ports.

Phasélis était un port de qualité sur le trajet Grèce-Syrie-Palestine qui permettait l’exportation des bois issus de la forêt de l’arrière-pays. Le commerce concernait aussi la vente de roses pour la fabrication du parfum. La cité était prospère. Elle participa à la fondation de Naucratis.

En 469 av. J.-C., la cité se rallia à Cimon contre les Perses et elle fut intégrée de force à la ligue attico-délienne, à laquelle elle versait un tribut qui varia entre 3 et 6 talents  , le montant de cette somme traduisant une certaine richesse.

Phasélis accueillit Alexandre en libérateur et obtint de celui-ci qu’il attaque Telmessos, sa rivale. La ville passa sous la domination des Lagides jusqu’en 197 puis sous celle des Séleucides après qu’Antiochos III l’ait intégrée à son empire. La bataille de Magnésie du Sipyle en 190 la fit passer sous la domination de Rhodes. Elle participa à la confédération lycienne vers 150 av. J.-C. avant d’être conquise par les pirates ciliciens et d’être rattachée à l’empire romain après leur anéantissement par Manlius Servilius.

Les ruines visible sont constituées d’un petit théâtre, d’époque romaine et qui rappelle celui de Myra, d’une voie monumentale, construite en l’honneur d’Hadrien, des agoras, des aqueducs et une nécropole. Deux temples, du Ve et du IIIe siècle av. J.-C. s’élevaient au nord sur une colline. Le premier était dédié à la déesse tutélaire de la cité, Athèna Polias ; Pausanias nous rapporte qu’il reçut en dépôt la lance d’Achille. Le deuxième, de forme circulaire, était dédié à Hestia et Hermès.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse