Iran ancien
Achéménides

L’Armée perse

Pour veiller sur la personne du roi, une garde composée de Perses et de Mèdes est constituée. Elle est divisée en trois corps. Elle comprend deux mille cavaliers et deux mille fantassins tous d’origine noble. Elle est armée d’une longue pique d’environ deux mètres, appelée mélophor, ainsi que d’un arc. Au dessous venait un corps de dix mille hommes nommés les Immortels, formant dix bataillons. Selon la tradition dès que l’un d’entre eux mourrait, il était remplacé de sorte que leur nombre de dix mille restait toujours le même.

JPEG - 34.1 ko
© Jean Savaton
Persépolis : archers mèdes et lanciers perses.
JPEG - 49.2 ko
© Photos R.M.N
Suse : les archers de Darius.

La fresque des Archers nous renseigne sur l’uniforme des troupes perses. Les soldats portent l’arc posé sur l’épaule gauche. Sur leur dos est attaché un carquois dont le haut du couvercle est tenu fermé par des liens dont les bouts sont ornés de houppes en passementerie. Ils tiennent des deux mains une longue pique terminée en bas par une boule en forme de pomme.

Ils sont vêtus d’une longue tunique qui tombe sur les chevilles, les larges manches couvrent les bras jusqu’aux poignets ; la tunique, bordée d’un riche galon, est ornée de rosaces et de losanges. Ils sont chaussés de bottines souples et portent des bracelets d’or aux poignets et des anneaux aux oreilles. Leur coiffure est une calotte entourée d’une corde roulée en torsade.

Cette garde est la seule partie permanente de l’armée. Le reste provient des levées faites en temps de guerre. Toutes les provinces de l’empire doivent fournir un contingent militaire pour l’armée de terre ou la marine. Si la lutte est localisée, la levée est faite au niveau de la satrapie. Le commandement des troupes est assuré par un général, le karanos. Le commandement subalterne reste régional mais le commandement supérieur est toujours assuré par des Perses ou des Mèdes. Les citadelles ont un gouverneur particulier. Si la guerre est menée par le souverain, à la garde vienne s’ajouter des peuples de toute origine, à l’équipement divers, vaste ramassis hétéroclite sans cohésion qui malgré sa supériorité numérique ne peut jamais soutenir le choc des hoplites grecs ou de la
phalange   macédonienne.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse