Asie Centrale
Scythes

Néapolis

A la fin du IVe ou au début du IIIe siècle, les Scythes fondèrent une ville, sur la côte ouest de la Crimée (près de Simféropol), qui prit le nom grec de Neapolis. C’était la capitale où résidait le roi Skiluros. Neapolis se maintint pendant sept cents ans. Dans les derniers siècles, la population de Neapolis se composait de Scythes et des Alains sarmates.

Enceinte et fortifications

Le plateau sur lequel était bâtie l’ancienne Neapolis fait partie de la chaîne des monts Tauriques. La ville s’étendait sur 16 hectares sur la rive gauche de la rivière Salgir qui coule en direction nord-ouest. Cette rive, tournée vers la montagne, est fortement exhaussée. De ce côté, la cité était à peu près imprenable. En choisissant l’emplacement de leur future cité, les Scythes avaient observé les mêmes principes que les fondateurs de Teshebaini, ville ourartéenne ravagée par les Scythes mille ans avant la chute de Neapolis.

Depuis le sud, Neapolis n’était accessible que par le plateau où s’élevaient les fortifications principales. Au IIIe siècle av. J.-C., Neapolis fut dotée d’une enceinte percée d’une seule porte flanquée de deux tours. Construite avec de grandes pierres non taillées et liées par l’argile, cette enceinte fut constamment consolidée et élargie. Face à la menace grandissante du royaume du Pont, Skiluros fit renforcer les remparts de Neapolis : l’épaisseur fut portée à huit mètres cinquante et, par endroits, elle atteignit douze mètres et demi.

Bâtiments et maisons

Derrière la porte principale se dressait un important bâtiment en pierre de taille, au toit couvert de tuiles, décoré de colonnes et de statues (bronze et marbre). Les maisons d’habitation se trouvaient dans la partie nord de la ville. Les maisons les plus riches comportaient plusieurs pièces, aux murs crépis parfois décorés de peintures, une cour centrale, et des magasins pour les céréales (froment, orge, millet). La vaisselle retrouvée atteste que les Scythes de Neapolis maîtrisaient l’art de la céramique ; certains vases retrouvés égalent les productions grecques.

Mausolée

Le mausolée fut construit vers la fin du IIe siècle av. J.-C., en calcaire blanc, de forme presque carrée. Les Scythes de Neapolis avaient accolé le mausolée de leurs rois et de leurs chefs au rempart de sorte qu’il fut incorporé au système défensif de la ville. La partie supérieure fut transformée en citadelle et elle comportait des salles de garde. Conformément à la tradition scythe, les guerriers se battaient mieux, avec plus de courage et d’énergie, sous les yeux de leurs rois défunts.

Ce mausolée contenait plus de 70 tombeaux dont un remarquable sarcophage de reine de forme rectangulaire reposant sur des sphinx et des griffons. Les parois et le couvercle en planches de bois étaient décorés de rubans, guirlandes, feuilles d’acanthe   et de laurier, de pommes de pins et de fleurs. Bien que pillé dans l’antiquité, il renfermait encore des bijoux en or et pierres précieuses ainsi que le squelette d’une femme.

Durant trois siècles, le mausolée accueillit les dépouilles de chefs, dont celle de Skiluros, enterrées sur des litières de feutre ou de peau, entourées de leurs armes (épées et arcs) ,décorées de bronze et d’or, et des corps de chevaux sacrifiés. Certains cercueils renfermaient des familles entières (mari, femme et enfants). En tout plus de 1300 objets en or ont été retrouvés dans ce mausolée.

Nécropole

Sur le versant est de la ville, des tombes ont été taillées dans le roc. Ces chambres funéraires sont de forme triangulaire, plutôt basses, avec de petites niches taillées dans les murs. Cinq des 28 chambres étaient couvertes de peintures représentant des scènes de chasse et de la vie courante. Elles ont permis d’approfondir nos connaissances sur les habitations, le costume des Scythes et les usages funéraires réservés aux simples mortels même s’il semble qu’il s’agissait d’une nécropole réservée à une certaine élite.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse