Asie Centrale
Scythes

Rois et tribus scythes

Les auteurs anciens, notamment Hérodote et Strabon, donnent aux chefs scythes le titre de roi : leur puissance et le nombre de guerriers qu’ils commandaient justifiaient pleinement ce qualificatif. Mais de ces monarques, on ne sait pratiquement rien, sinon leur nom. L’un d’eux, Prototyeos, devait être un personnage considérable pour qu’Assarhaddon, qui l’appelle Barbatoua, lui donnât une de ses filles pour épouse. A plusieurs reprises, des princesses chinoises ou perses subirent le même sort.

JPEG - 34.2 ko
Kelermes : accoudoir d’un trône (VIIe siècle av. J.-C.)

La vie nomade a toujours entraîné la constitution de tribus guerroyant parfois entre elles mais sachant se regrouper au sein d’une coalition face à un ennemi commun. Les Scythes ne firent pas exception. Ils formaient des communautés placées sous l’autorité de chefs locaux élus. La tribu la plus importante était celle des Scythes Royaux établie entre le Don et le Dniepr.
Depuis le IVe siècle avant notre ère, les Scythes n’eurent pas seulement de puissants monarques et quelques rois fédérateurs, mais il exista une unité scythe dont une véritable dynastie qui, du roi Ateos, aboutit à Skiluros, assura le maintien.

La monarchie était héréditaire, comme chez les Scythes Royaux, ou élective comme dans les autres tribus. Ces rois appartenaient à l’aristocratie tribale. La Scythie formait donc un État divisée en quatre régions, l’une étant dirigée par le roi et les trois autres par un gouverneur. Les gouverneurs pouvaient s’appuyer sur une troupe armée qu’ils payaient en nature. En temps de guerre on procédait à la levée par circonscription. Des tribus scythes indépendantes habitaient la steppe.

Autres tribus

Hérodote nous parle aussi de plusieurs autres tribus. Les Agathyrses,
qui vivait entre le Danube et le Dniester, les Aorses installés sur la rive septentrionale de la mer Caspienne, les Argyppéens tribu à éléments mongoloïdes qui vivait dans le territoire occupé aujourd’hui par les Kalmouks entre la mer d’Aral et l’Afghanistan, les Boudines, scythes chasseurs qui vivaient dans les régions boisées du cours supérieur du Boug, les Alazones, scythes sédentaires qui vivaient entre le Boug et le Dniepr et les Neures vivant entre le Tyras   et le Dniepr.

Quant aux Dahes, ils habitaient au Ve siècle sur les bords de l’Iaxartes (Syr-D’Aria). Ils avaient participé à la rébellion de Cyrus contre Astyage en 550 comme peuple vassal des tribus perses. Il sont aussi mentionnés dans une inscription de Xerxès comme constituant une satrapie à part entière. Comme l’indique leur nom, en perse Dahâ signifie voleur, ils avaient mauvaise réputation et la légende leur faisait même porter la responsabilité de la mort de Zarathoustra, ce qui est absolument impossible puisqu’ils les uns et les autres vécurent à environ cinq siècles d’écart. A l’époque d’Alexandre, les Dahes vivaient au voisinage de l’Hyrcanie. Les archers montés Dahes étaient alors fameux et ils participèrent loyalement aux combats de Darius III contre Alexandre. C’est seulement après la mort de Darius qu’ils se rallièrent à Alexandre et jouèrent un rôle très important dans la conquête du Pendjab. Par la suite, ils disparaissent de l’Histoire.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse