Asie Centrale
Scythes

Les Saces (Sakas)

Appelés aussi Scythes orientaux. Ils étaient installés originellement au nord-est de l’Iran. Les Saces avaient été soumis par les Perses et payaient tribut au Grand Roi. Au IIe siècle av. J.-C., les Sakas subirent la pression des Yue-Tche qui, ne pouvant plus pénétrer en Chine, du fait de la consolidation de l’Empire sous la dynastie des Han, se retournèrent vers l’ouest. D’après Strabon, entre 140 et 130, la Bactriane fut enlevée aux rois grecs par des nomades (les Saces ?) venus du nord de l’Iaxarte. Après avoir détruit le royaume gréco-bactrien, les Sakas tentèrent d’envahir l’Iran parthe profitant d’un appel au secours de Phraatès II. Mithradate II parvint à les repousser à l’est et ils arrivèrent au Gandhara et au sud-ouest de l’Afghanistan, dans le Sakestan (« pays des Sakas »), dénommé Sistan aujourd’hui.

JPEG - 14.8 ko
© Jean Savaton
Persépolis : procession des Saka Tigra.

Les bas-reliefs de Persépolis les représentent coiffés de bonnets en pointe couvrant la nuque et les joues, portant de larges braies, armés d’arcs, de poignards et de haches. Mais, comme la plupart des autres peuples de la steppe, les Sakas étaient d’excellents cavaliers qui employaient au combat des lances de grande longueur. Ils se firent remarquer, alors qu’ils combattaient comme auxiliaires des troupes perses, aux batailles de Marathon, aux Thermopyles et à Gaugamèles.

Vers 110, poussant vers le nord et le nord-est, les Saces pénétrèrent dans la vallée de l’Indus et envahirent le Pendjab et le Sind sous la conduite de leur chef Mauès, qui régna de 90 à 53 av. J.-C. et qui avait établi sa capitale à Taxila. Après la mort de Mauès, les Saces connurent une période de troubles dont profitèrent les Parthes pour envahir le royaume des Saka par le Sistan durant les premières années de l’ère chrétienne. Sous le règne d’Azès (30-10), les Saces s’étendirent jusqu’à Mathura. Devenus rois indiens, les Sakas demeurèrent des princes iraniens de culture hellénistique et frappèrent leurs monnaies avec les effigies de divinités grecques. La tradition veut que Saint Thomas ait vécu à la cour de Gondopharès (19-45), qui régnait sous le nom de Sautor (le Sauveur) et prit le titre de «  Grand Roi des Rois », et l’ait converti au christianisme.

Les Saka n’ont pas contribué d’une manière significative au progrès économique et culturel des pays qu’ils ont conquis. Les seuls témoignages de cette période sont les monnaies, toujours frappées dans le style grec de leurs prédécesseurs.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse