Asie Centrale
Kouchans

Gandhara

Province

Le Gandhara correspond, dans le cadre géographique actuel, à un triangle dont la pointe serait formée par la vallée de Swat, la base étant une ligne passant par les vallées de Peshawar et de l’Indus pour s’arrêter à Taxila. Cette région formait un carrefour au confluent des grandes civilisations de l’Antiquité : l’Inde, l’Asie Centrale et la Chine d’une part, la Perse et le monde méditerranéen d’autre part. Les liens entre le Gandhara et l’est de l’Inde ont toujours été très étroits, même lorsque la région devint province de l’empire achéménide. Puis le Gandhara devint une province de l’empire indien Maurya au Ve siècle av. J.-C. Après la désintégration de l’empire Maurya, les Gréco-Bactriens devinrent les maîtres de la vallée de Peshawar. Taxila et Begram en étaient des centres culturels actifs.

Art du Gandhara

JPEG - 20.4 ko
© Photo R.M.N
Bodhisattva debout (époque kouchane).

De la rencontre des cultures grecque et indienne allaient naître un art original, appelé art du Gandhara, qui perdura du Ier siècle au VIIe siècle.
Le bouddhisme est indissociable de cette école artistique célèbre par sa statuaire. Ce sont les artistes gréco-bouddhiques qui les premiers vont représenter le corps du Bouddha, alors que sa présence n’était auparavant évoquée que par des symboles (lotus, parasol, roue, empreintes de pas). Une série d’attributs physiques (parures, attitudes, et gestes) vont dès lors être codifiés et se perpétuer de nos jours : les six gestes de base, le chignon (ushnisha) de cheveux bouclés, le point entre les deux yeux (uma).

Le Bouddha du Gandhara a un profil classique inspiré des représentations d’Apollon : cheveux bouclés, figure jeune, les yeux en amande, long nez droit, lèvres pleines et corps masculin. Les bas reliefs qui l’accompagnent évoquent les scènes hellénistiques : on y retrouve des enfants soutenant des guirlandes, des atlantes, des scènes dionysiaques et un motif architectural pseudo-corinthien   à feuilles d’acanthe  .

Les Bodhisattvas portent la moustache, les cheveux longs et sont parés de guirlandes de plantes. Certaines figures étant des portraits, il est possible d’identifier les différentes ethnies qui se croisaient sur la route des caravanes.

Les principaux matériaux utilisés sont le schiste ou le stuc parfois réalisé avec des moules. Les pièces les plus remarquables de cette période furent trouvées à Taxila.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse