Iran ancien
Élamites
Mèdes
Achéménides
Parthes
Sassanides

Le Zoroastrisme

Doctrine religieuse fondée par Zoroastre. Le système polythéiste est banni et remplacé par une doctrine monothéiste. De l’ancienne religion iranienne, Zoroastre ne reprend que le culte d’Ahura-Mazda, proclamé comme dieu unique, et le culte du feu, qui est resté jusqu’à nos jours la caractéristique principale du culte zoroastrien.

Zoroastre

JPEG - 27.1 ko
Doura-Europos : représentation de Zoroastre.

Appelé aussi Zarathoustra. Comme tout prophète, son existence même est sujette à controverses. La tradition parsie place la vie de Zoroastre entre le VIIe et le VIe siècle avant J.-C. Né en Azerbaïdjan, Zoroastre trouve à Bactres un protecteur puissant, peut-être Hystape, le père de Darius Ier. Sa vie n’est qu’une suite de miracles.

A l’âge de vingt ans, il se retira du monde pour se préparer à sa mission. A trente ans, une révélation décida de sa carrière : l’amchaspand Vohu-Manô, "la bonne pensée", lui apparut et le conduisit devant Dieu avec lequel il s’entretint. Six autres apparitions suivirent la première en l’espace de dix ans. Durant cette période, il prêche en vain la réforme. Sur l’ordre d’Ahura-Mazda, il se rendit à la cour d’Hystape et consacra deux années entières à sa conversion. Les conversions se produisent alors en masse et s’étendent à travers tout l’Iran. Zoroastre meurt à l’âge de soixante-dix-sept ans (563).

On le nommait le Bouvier, pasteur du troupeau humain qu’il avait la charge de guider. Il se nommait lui-même Saoshyant, le Sauveur. Il était hostile à tout excès comme l’immolation ou l’ivresse sacrée.

Les Croyances

JPEG - 18.7 ko
© Jean Savaton
Yazd : extérieur d’une tour du silence.

Les Zoroastriens croient à l’immortalité de l’âme. L’âme du mort est jugée et doit franchir le pont Tchinvat étendu au-dessus de l’enfer. L’âme du juste atteint la lumière éternelle, celle du damné descend par degrés aux enfers. Entre les deux, existe un purgatoire où se rendent les âmes de ceux dont les bonnes et les mauvaises actions se contrebalancent. Les derniers jours seront annoncés par la venue d’un messie sauveur et libérateur, Saochyant qui renouvellera le monde après la résurrection.

Le corps des défunts appartient aux prêtres. Les zoroastriens n’enterrent pas leurs morts : le corps est impur, il ne faut pas souiller la terre nourricière. Les corps des défunts sont placés dans des tours du silence, où ils seront déchiquetés par les oiseaux de proie. Le sol de la tour est couvert d’un dallage de pierre, afin de protéger la terre de toute souillure. Seuls les os (ou ce qu’il en reste) pourront être ensevelis dans le trou circulaire situé au milieu de la tour.

L’Avesta

JPEG - 24.4 ko
© Jean Savaton
Yazd : intérieur d’une tour du silence.

L’Avesta est le code sacerdotal du zoroastrisme. Initialement, l’Avesta comptait 21 livres. L’enseignement est basé sur l’existence de deux principes, la lumière et les ténèbres, le bien et le mal. Ils sont toujours en lutte, avec des succès et des défaites en alternance. L’univers est séparé en deux par un immense abîme ; des deux côtés combattent les forces des deux ennemis. Ormazd crée ce qu’il y a de bon ; Ahriman crée ce qu’il y a de mal, pour détruire l’adversaire. Chacun demeure libre de choisir son destin. Mais finalement Ormazd sera vainqueur, le bien l’emportera sur le mal. Dans l’attente de ce jour, les justes jouiront du paradis dans La Maison du Chant, et les pêcheurs expieront en enfer.

Zoroastre enseigne à ses disciples qu’ils ne doivent pas honorer Ahura-Mazda par des sacrifices sanglants, mais qu’ils doivent vivre au service du bien. Le prophète insiste sur l’éthique pratique « bonnes pensées, bonnes paroles, bonnes actions ». L’esprit du bien et l’esprit du mal ne sont pas seuls à combattre : ils ont chacun une armée, l’armée du ciel et l’armée de l’enfer ; les forces sont opposées les unes aux autres.

L’ Armée Céleste

L’ Armée céleste est dirigée par Ahura-Mazda. Il est entouré d’un conseil de six ministres, les Amchaspends> , abstractions sans aucune réalité : Vohu-Manô, la bonne pensée, Acha-Vahichta la meilleure vertu, Khchathra-vairya, l’empire désiré, Spenta-Armaïti , l’abandon généreux, Haurvatât, la santé, Ameretât, l’immortalité. Chacun d’entre eux est le protecteur de divers êtres, dans l’ordre : les animaux utiles, le feu, les métaux, la terre, les eaux et les plantes. Certains mois du calendrier, certains jours de la semaine, certaines fleurs leur sont spécialement consacrés.

JPEG - 27.2 ko
Génie ailé.

L’armée du mal est menée par Angra-Mainyu
(Ahriman) qui commandent aux démons, et à toutes les formes du mal dans l’univers. Les démons ont été créés pour combattre la bonne création d’Ahura-Mazda. Personnification du péché, ils sont aussi innombrables. La lumière du jour les met en fuite ; on peut conjurer leur action par des cérémonies religieuses.

Les Génies  

Plus bas dans la hiérarchie, on trouve les dieux inférieurs ou génies, les innombrables Yazata. Ces génies sont divisés en deux classes, une céleste et une terrestre. Ahura-Mazda est le plus grand des Yazata célestes, Zoroastre le plus grand des Yazata terrestres. Ils sont les génies tutélaires du soleil, de la lune, des étoiles, de la terre, de l’air, du feu et de l’eau, ou la personnification d’idées abstraites, la victoire, la vérité, la paix, la puissance.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 21 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse