Asie Mineure
Pergame

La ville romaine

Avec l’instauration de la pax romana, l’enceinte fortifiée de la ville perdit beaucoup de son intérêt et Pergame se développa extra-muros, dans la plaine qui s’étendait aux pieds de l’acropole. Les principales réalisations architecturales de la période romaine sont : le stade  , le nouveau théâtre, l’amphithéâtre et le sanctuaire des dieux égyptiens.

Sanctuaire des divinités égyptiennes

JPEG - 39.1 ko
Pergame : la cour rouge.

Ce dernier bâtiment a été aussi appelé « Cour Rouge » en raison de sa forme et de l’emploi abondant de briques rouges dans sa construction. Situé aujourd’hui dans la ville turque, une bonne partie de son espace sacré est masquée par les habitations qui ont été édifiées par dessus. Cet édifice mesure environ 200 mètres sur 100. Le temple proprement dit mesure 60 mètres de long et 26 mètres de large ; les murs s’élèvent encore jusqu’à une hauteur de 19 mètres.

De part et d’autre du chevet du temple se trouvent deux énormes constructions rondes à coupole qui figurent parmi les rares exemples de rotondes romaines qui nous soient parvenues presque intactes. Le bâtiment principal était entouré de galeries à colonnades sur trois côtés, mais au lieu de colonnes ordinaires on avait employé des figures de cariatides et d’atlantes placés dos à dos et portant l’entablement. Ces statues possédaient des traits propres aux statues égyptiennes ; ce qui laisse penser qu’il s’agissait d’un temple consacré à des divinités égyptiennes, peut-être Isis et Sérapis.

JPEG - 25.9 ko
Pergame : façade du temple des divinités égyptiennes.

La porte du temple mesurait 14 mètres de haut et 7 mètres de large. Au delà de l’énorme seuil en marbre monolithe, l’intérieur du temple était entièrement décoré d’un superbe placage de marbre. Dans la nef centrale il y avait un bassin peu profond et un puits. L’abside qui ferme le bâtiment à l’est comportait un podium avec un socle sur lequel devait être dressée une statue de grande dimension représentant la divinité. D’après la taille du socle et les proportions du temple, la statue devait faire près de 10 mètres de haut.

Grâce à un étroit passage ménagé dans le soubassement, le grand prêtre pouvait pénétrer à l’intérieur même de la statue et parler par la bouche du dieu. A l’époque, la cour du sanctuaire, qui avait été construit sous le règne d’Hadrien, était entièrement pavée de marbre. Sous le sol de la cour, on avait construit deux tunnels voûtés parallèles de 9 mètres de large et de près de 200 mètres de long pour y faire passer les eaux du Selinus. Aujourd’hui ces deux tunnels sont toujours en excellent état et la rivière continue d’y passer.

L’amphithéâtre

C’était une construction circulaire de 60 mètres de diamètre. C’est à dessein qu’il fut bâti au-dessus d’un torrent : on pouvait ainsi facilement inonder l’arène pour y organiser des naumachies.

L’alimentation en eau

JPEG - 34.1 ko
Pergame : citerne sur l’acropole.

La ville de Pergame étant installée sur un éperon rocheux de 330 mètres de hauteur, son approvisionnement en eau a toujours constitué un problème. Les diverses citernes antérieures à la période hellénistique suffisaient plus ou moins à l’époque où la ville était très peu développée. A l’époque romaine, la consommation s’accrût considérablement. Au IIe siècle av. J.-C., Pergame était approvisionnée par l’eau des sources du Mont Madra distant de 44 km au nord de la ville. L’eau parvenait de la montagne par trois canalisations différentes qui aboutissaient à un réservoir situé au nord de l’acropole. L’aqueduc que l’on peut encore voir bien qu’il soit en grande partie détruit fut construit plus tard, au IIe siècle de notre ère. Cet aqueduc figurait parmi les plus importants du monde.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse