Asie Mineure
La Lycie

Patara

JPEG - 38.4 ko
© Cem Karan
Patara : arc de triomphe de Mettius Modestus.

La cité aurait été fondée, selon la légende, par Pataros, fils d’Apollon et d’une nymphe. Elle existait dès le VIe siècle av. J.-C. Alexandre l’assièga et ses successeurs en firent une importante base navale, ce qui lui valut de nombreux sièges menés par Antigone (315 av. J.-C.), Démétrios (307 av. J.-C.), Ptolémée II, Antiochos III et même Mithridate.

Patara était l’une des principales villes de Lycie et elle détenait trois votes au sein de la confédération lycienne. A l’époque romaine, elle accueillait la résidence du consul en charge de la province et abritait une garnison. L’empereur Hadrien y séjourna (130 apr. J.-C.) avec son épouse Sabina.

La ville était renommée pour son port mais aussi pour son culte à Apollon : l’oracle s’y tenait durant les six mois d’hiver à Patara et durant les six autres mois à Délos  . On sait qu’Opramas de Rodiapolis y fit construire un temple dédié à Apollon mais il n’a pas été possible à ce jour d’identifier son emplacement.

L’entrée de la cité était ornée d’un arc de triomphe élevé en 100 apr. J.-C. par le gouverneur de Lycie, Mettius Modestus (qui portait bien mal son nom !), en son propre honneur et celui de sa famille. Les statues des membres de la famille figuraient sur les six consoles encore visibles.

Il demeure de l’antique cité un temple corinthien   (IIe siècle apr. J.-C.), un théâtre, situé au nord de la ville, qui fut construit grâce au mécénat de Quintus Velius Titianus et de sa fille Velia Procula en 147 apr. J.-C. Les ruines évoquent un beau monument désormais en partie ensablé. La nécropole et les thermes sont eux aussi d’époque romaine. A l’ouest du port, on peut découvrir des silos datés du règne d’Hadrien où l’on conservait des céréales.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse