Asie Mineure
La Lycie

Les tombeaux lyciens

La Lycie est renommée pour l’abondance et la beauté de ses monuments
funéraires. Ceux-ci prennent des formes très variées, étant parfois des tombes rupestres, des sarcophages, parfois des tumuli ou des piliers.

Les Tombes Rupestres

Elles sont creusées à flanc de parois dans la roche dure. Elles peuvent prendre plusieurs formes. Dans leur forme la plus simple, elles sont constituées de niches rectangulaires comme à Gölbasi et à Pinara.

Les tombes-maisons, dont le nom provient de la forme de la façade, sont elles aussi creusées dans le rocher mais ne présentent aucun élément décoratif. Une simple porte permet l’accès à la chambre funéraire qui pouvait abriter un ou plusieurs défunts. L’exemple le mieux conservé que l’on puisse en donner est celui des tombes rupestres de Myra.

Il existe enfin des tombes-temples aux façades imitant celles des temples grecs, avec un fronton, un portique   et une corniche. Elles furent construites durant la période hellénistique, comme celles de Telmessos et de Limyra.

Les piliers

JPEG - 44.4 ko
© Cem Karan
Kekova : tombeaux lyciens en forme de carène de bateau.

D’autres sépultures sont constituées d’énormes piliers qui servaient de support aux tombes des souverains, lesquels étaient donc « enterrés » en hauteur ! Il s’agit d’une curieuse architecture totalement emblématique de la Lycie. Elle consiste en un soubassement à degrés sur lequel repose un fût monolithique surmonté d’une chambre funéraire creusée dans un bloc de pierre et terminé par un couvercle à degrés. La chambre funéraire est entourée d’une frise dont les plus beaux exemples sont sans conteste le Monument des Harpies et le Pilier au Lion, tous deux originaires de Xanthe et désormais conservés au British Museum.

Ce type de monument funéraire était construit pour célébrer les victoires des dynastes de la ville. Les piliers ne possédaient généralement pas d’inscriptions sauf le Pilier Inscrit. Les portes de chambres funéraires sont en général très étroites, elles ne permettent pas à un être humain d’y pénétrer. Elles jouaient un rôle symbolique afin de faciliter les mouvements de l’âme.

D’autres piliers sont taillés dans la pierre et imitent la structure de constructions en bois ou rappellent la carène renversé d’un bateau, comme à Kekova.

Les sarcophages

Ces sarcophages offrent les plus beaux exemples de travail de la pierre, avec leur couvercle en ogive, même si avec le temps, leur décoration s’est détériorée. Les exemples les plus intéressants sont ceux de Gölbasi et de Xanthe.

Les tumuli

Ils ne sont pas très nombreux mais de grande dimension. La chambre funéraire, creusée dans le calcaire, est orientée nord-sud. On en rencontre trois à Phellos, trois à Seyret et un à Köybasi.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse