Iran ancien
Mèdes

Ecbatane

Capitale de l’empire mède. Déjà
mentionnée sous le nom de Amadana dans l’inscription de Teglath-Phalazar Ier,
connue sous le nom d’Ecbatane par les Grecs, la ville doit son essor à Déjogès. Son nom de Hangmatana signifie "lieu de réunion" et paraît indiquer que les clans, jusqu’alors épars s’y rassemblèrent d’une façon plus compacte.

JPEG - 18.7 ko
© Jean Savaton
Tell d’Ecbatane.

Après la défaite mède face aux Perses, Ecbatane devint la capitale d’été de la cour achéménide. Après la conquête d’Alexandre, la ville perd tout importance politique et est réduite au rang d’une ville d’étape entre le plateau iranien et la Mésopotamie.

La ville s’élevait en amphithéâtre sur la colline actuelle du Moçalla, à l’est de la ville actuelle d’Hamadan. Le tell actuel n’a pas livré de vestiges très spectaculaires en raison de l’utilisation de la brique crue pour la construction.

Pourtant, Hérodote nous a laissé d’Ecbatane une description plutôt flatteuse. Les murailles, au nombre de sept, étaient concentriques et étagées, de manière que la plus intérieure dominait les autres ; le palais du roi était placé à l’intérieur du septième mur, dont les créneaux étaient dorés, tandis que ceux des autres murs étaient peints de diverses couleurs : en blanc pour le premier mur, en noir pour le second, en pourpre pour le troisième, en bleu pour le quatrième, en rouge orangé pour le cinquième et couleur argent pour le sixième.

Sous la domination parthe, Ecbatane devint le siège de la satrapie de Médie. Selon Strabon et Tacite, les rois parthes en firent l’une de leurs résidences d’été.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse