Asie Mineure
Commagène

Nemrut-Dag
(Nimroud-Dagh)

Situé à 86 km au nord-est d’Adiyaman et à 50 km de Kahta, le Nemrut Dag (Mont Nemrod), qui culmine à 2 150 m, est un sommet des Monts Ankar situés à l’est de la chaîne des Taurus  . Au sommet, le souverain Antiochos Ier de Commagène (62-32 av. J.-C.) se fit construire son tombeau appelé le hierothéséion, c’est à dire « sépulture sacrée ».

JPEG - 28.2 ko
Nemrud-Dag : terrasse Est et tête de Zeus.

Aucune source antique ne cite ce monument condamné à un oubli jusqu’à sa redécouverte dont la première description fut réalisée par l’archéologue Otto Puchstein et Karl Sester en 1882. Le site fut fouillé entre 1953 et 1958 par Theresa Goell et l’École américaine de recherches orientales mais le lieu précis de la sépulture elle-même n’a pas été localisé.

Une terrasse constituée d’un tumulus de galets de près de 50 mètres de haut sur 150 mètres de rayon fut aménagée au sommet. Chacune des trois esplanades (Ouest, Nord et Est) accueillait un temple. Sur la terrasse ouest, se dressaient cinq statues colossales (8 à 10 mètres de haut) de personnages, hommes et dieux, flanqués d’un lion et d’un faucon. Ces statues représentaient Apollon-Mitra-Hermès-Helios, la Commagène idéalisée sous les traits de la déesse Fortuna-Tyché, Zeus-Oromasdes Ahura-Mazda, Antiochos et Héraclès. Seules les têtes des personnages ont résisté aux outrages du temps.

Une série d’orthostates   illustrait les prétendus ancêtres iraniens et macédoniens d’Antiochos, précédées par des autels à encens de forme rectangulaire. Toutes ces sculptures et leur sujet se caractérisent par un mélange des traditions hellénistiques et perses.

L’une des statues de lion de la terrasse occidentale porterait, selon le professeur Otto Neugebauer, un thème astrologique (illustré par le Soleil, Jupiter, Mercure et Mars) indiquant la date d’accès au trône d’Antiochos (17 juillet 61 ou 62) reçu de Pompée. La terrasse nord tenait lieu de voie processionnelle. Il n’en reste que les statues d’un lion et d’un aigle qui gardaient l’entrée. La terrasse constitue le quasi-symétrique de la terrasse ouest mais là les personnages assis ont été mieux conservés.

A proximité du sommet, sur le site d’Arsameia, une stèle, datée de 50 av. J.-C., représente Antiochos serrant la main d’Héraclès dans un style irano-grec. Les princesses de la famille Antiochos quant à elles furent enterrées au pied de la montagne, leurs tombes sont surmontées par trois colonnes représentant un aigle, un taureau et un lion.

Antiochus Ier érigea non loin de là un monument à la gloire de son père, Mithridate Ier, dont un bas-relief   représente l’investiture par les soins d’Héraclès, homologue grec de Verethragna-Artagnès, fidèle compagnon de Mithra.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 3 juin 2015
2005-2017 © Clio la Muse