Asie Mineure
Ourartou

Religion ourartéenne

Panthéon ourartéen

Le panthéon ourartéen était constitué d’un panthéon accueillant de nombreuses divinités antérieurement adorées par chaque tribu distincte. Une niche dans la montagne de Van, connue sous le nom de Mheri-Dour, nous a conservé un long texte de la fin du IXe siècle av. J.-C., donnant une liste de 79 dieux et rappelant les sacrifices (taureaux, vaches et moutons) qui leur étaient dus. Une triade divine se trouvait à la tête de ce panthéon : Khaldi, Teisheba et Shivini.

JPEG - 25.1 ko
© Musée historique d’Arménie
Peinture murale en partie reconstituée représentant le dieu Khaldi.

Khaldi est le dieu ourartéen le plus important et celui auquel sont dédiées la plupart des inscriptions. Ce dieu suprême du panthéon ourartéen était représenté sous la forme d’un homme (tantôt barbu, tantôt imberbe) se tenant sur un lion. Il avait pour femme la déesse Aroubani. C’était un dieu guerrier qui dispensait sa bénédiction au roi lorsque ce dernier partait en campagne ; c’est lui que le roi priait pour avoir la victoire et qui était responsable de tous les succès militaires.

Dans les temples dédiés à Khaldi, comme celui fouillé à Teishebaini, on pratiquait le culte des armes : glaives, lances, arcs et flèches étaient déposés dans ces sanctuaires, des boucliers étaient accrochés aux murs et le temple lui-même portait le nom de « maison des armes ».

Le dieu Teisheba, dieu des orages et du tonnerre (désigné par l’idéogramme   assyrien du dieu Hadad) occupait la seconde place dans ce panthéon. Homonyme du dieu hourrite Teshoub, dont le culte était très répandu en Asie Mineure, il était représenté sous l’aspect d’un homme se tenant sur un taureau, ayant souvent en mains une poignée d’éclairs. Sa femme Houba était l’homonyme de la déesse hourrite Hepat.

Le troisième dieu du panthéon était le dieu du soleil Shivini, souvent désigné par l’idéogramme assyrien utilisé pour le dieu Shamash. La femme de Shivini était probablement la déesse Toushpouea qui occupe la troisième place sur la liste des déesses de Mheri-Dour. Les figures féminines ailées qui ornent souvent les chaudrons destinés aux cérémonies religieuses représentent peut-être cette déesse.

Le panthéon ourartéen comprend aussi les dieux des pays et des cités conquis, et des dieux associés aux croyances magiques. Ainsi la liste mentionne « le dieu de la ville d’Arda » (Mousasir), « le dieu de la ville de Koumanou », le « dieu de la ville de Toushpa » et « le dieu de la ville de Khaldi ». C’étaient les dieux de différents centres religieux importants, qui faisaient partie du royaume.

JPEG - 39.2 ko
© Musée des Civilisations Anatoliennes
Plaque votive en bronze.

Les Temples

La religion de l’Ourartou reflétait les éléments cultuels et politiques qui étaient communs aux diverses régions de l’Asie antérieure. Un relief de Sargon II nous montre le temple ourartéen de Mousasir bâti au IXe siècle. Ce temple, bâti sur une plate-forme élevée, a un toit à double pente avec un fronton surmonté d’un motif faîtier en forme de lance. La façade présente six colonnes avec une porte basse au centre. Les murs et les colonnes sont ornés de boucliers d’or et d’argent et à l’entrée deux statues de bronze se dressent dans l’attitude de la prière devant deux grandes lances.

Ce temple ressemble davantage aux temples d’Asie Mineure, devenus les prototypes des temples classiques grecs. On peut faire d’ailleurs le même rapprochement entre les figures féminines ailées des chaudrons ourartéens et celles que l’on trouve dans les temples archaïques grecs et les tombes étrusques.

Les Tombes

Les chambres funéraires des seigneurs ourartéens creusées dans le roc et leurs sarcophages de bois ou de pierre sont d’influence assyrienne. Les niches funéraires creusées autour des tombes royales et la centaine d’urnes découverte tout autour indiquent que les pauvres et les esclaves devaient y être enterrés. Cependant, la présence d’urnes dans certaines chambres funéraires, qu’elles appartiennent aux princes ou au peuple, indique que les deux systèmes (enterrement ou incinération) étaient utilisés. Les tombeaux ourartéens sont importants du point de vue des offrandes funéraires.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 3 juin 2015
2005-2017 © Clio la Muse