Asie Mineure
Ourartou

Conflits avec l’Assyrie

JPEG - 32.7 ko
© Musée historique d’Arménie
Teishebaini : bouclier du roi Sarduri II.

Les régions frontières étaient protégées par des marches, comme c’était le cas dans l’État hittite. Les souverains de ces marches payaient impôt au roi, mais restaient indépendants dans leur domaine. Habitant de solides forteresses, ils se joignaient avec leurs hommes à l’armée du roi de l’Ourartou en temps de guerre.

Les portes de bronze de Balawat nous représentent les soldats Ourartéens vêtus de tuniques à manches courtes, allant jusqu’aux genoux, retenues à la taille par une large ceinture. Ils portent des casques surmontés d’un court cimier. Ils sont armés d’arcs, de lances et se protègent avec de petits boucliers ronds. Cet équipement se rapproche de celui des Hurrites ou des Hittites. Au milieu du VIIIe siècle, l’équipement militaire ourartéen est totalement copié sur celui des Assyriens : casque, bouclier, vêtements et armes. Les Ourartéens étaient d’habiles archers et de bon cavaliers.

S’ils n’osèrent pas s’attaquer à l’Assyrie, trop puissante, pendant deux siècles, les Ourartéens réussirent à contenir la poussée assyrienne. Le conflit qui opposa l’Assyrie à l’Ourartou connut des fortunes diverses. Les chroniques assyriennes ne sont pas impartiales.

Les rois assyrien Salmanasar Ier, Tukulti-Ninurta Ier, Téglath-Phalasar Ier, Salmanasar III
nous ont laissé le récit de leurs campagnes dans leurs annales contre ce voisin du nord avec lequel les querelles de frontière devaient être très fréquentes. La seule période de l’histoire de l’Ourartou dont on conserve le souvenir est d’ailleurs celle de cette double apogée : assyrienne et ourartéenne.

JPEG - 27.5 ko
© Jean Savaton
Porte en bronze de Balawat représentant la campagne de Salmanasar III contre l’Ourartou - British Museum.

Sennachérib, en tant que gouverneur de la province limitrophe de l’Ourartou adressait régulièrement des comptes rendus détaillés, véritable compte-rendu d’espionnage, à son père Sargon II.

La chronique assyrienne de la campagne menée par Sargon II contre l’Urartu en 719 laisse entrevoir qu’il s’agissait d’un royaume puissant qui offrit un imposant butin : une tonne d’or, cinq tonnes d’argent et des milliers d’objets (393 coupes d’argent, 25 212 boucliers de bronze, 305 412 épées de bronze...). Ce ne fut qu’une demi-victoire pour Sargon II qui ne parvint pas à s’emparer des imprenables citadelles ourartéennes.

En 714, Sargon II lança contre Ourartou sa deuxième grande offensive : il s’attaqua d’abord à un allié de l’Ourartou, Métatti, qui se replia dans les montagnes et opposa à l’envahisseur une longue résistance mais sa capitale tomba aux mains des Assyriens avec toutes les richesses qui s’y trouvaient.

Grâce à l’efficacité et à l’énergie de ses souverains, non seulement l’Ourartou pansa les plaies que Sargon II lui avait infligées, mais il survécut au royaume d’Assyrie : Ninive tomba en 612 sous les coups des armées mèdes et babyloniennes, tandis que l’Urartu semble avoir perduré jusqu’aux environs de 595.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 17 mai 2015
2005-2017 © Clio la Muse