Mésopotamie
Assyrie

Assurnazirpal II
(884 - 860)

GIF - 465.2 ko
© Jean Savaton
Portrait d’Assurnazirpal II (Stèle de Nimrud).

Roi assyrien dont la personnalité hors du commun fut décisive pour l’avenir de l’Assyrie. Chaque année, il mena ses armées en campagne, réprimant les rebellions avec une férocité impitoyable et fondant de nouvelles cités assyriennes. Lors de sa première campagne, il attaque le Kurdistan puis envahit la Commagène et y reçoit le tribut des Moskis. En 883, il réprime une révolte à Halzilouha. En 881, il écrase une révolte dans la région de Zagros ; à son retour il défait le prince de Souhi allié du roi de Babylone. En 877, il reçoit tribut du roi hittite Sangar et de celui du pays de Hattin. Il traverse l’Oronte et conquiert le pays s’étendant sur la rive gauche. Il atteint la Méditerranée, reçoit tribut de Tyr, Sidon, Byblos, Amourrou mais évite le puissant royaume de Damas.

Ses campagnes permirent, par le pillage et la déportation, d’accroître soudain la puissance économique de l’Assyrie. Le paiement d’un tribut annuel par les principautés vaincues assurait en outre des rentrées régulières. La puissance recouvrée se matérialisa dans la construction par Assurnazirpal d’une nouvelle capitale à Kalhu (site actuel de Nimrud) vers 879 av. J.-C.

Kalhu (Nimrud)

Le site archéologique de Nimrud fut découvert par Layard. Originellement, il s’agissait de la ville de Kalhu (nommée Calah dans la Bible). Le choix du site était probablement guidé par la position centrale de Kalhu au cœur du territoire assyrien, au bord du Tigre et non loin des anciennes villes traditionnelles d’Assour et de Ninive.

Assurnazirpal fit construire, en mobilisant des milliers de prisonniers, un terre-plein de trois cent soixante hectares sur une quinzaine de mètres de haut, ceinturé d’une muraille longue de plus de sept kilomètres. On a calculé que ce seul édifice représentait le travail de sept mille hommes pendant trois ans. Sur ce terre-plein, il fit élever une citadelle de vingt hectares renfermant un sanctuaire à Ninurta, une ziggourat, divers temples, un arsenal militaire, plusieurs vastes palais et une vaste place centrale où se dressaient peut-être des monuments commémoratifs et des trophées de victoires assyriennes : c’est là qu’ont été retrouvés deux obélisques décorés de scènes de tributs et une pierre de fondation d’origine babylonienne. Le palais royal, grandiose, d’une superficie supérieure à deux hectares était entièrement décoré d’orthostates   dans toutes les pièces.

La mort d’Assournazirpal n’interrompit nullement les travaux, qui furent achevés par son fils et successeur Salmanazar III et la ville demeura oocupée jusqu’à la décision de Sargon II de transférer la capitale à Khorsabad vers 709. Assarhaddon envisagea de refaire de Nimrud la capitale de l’empire mais le temps lui en manquât.


 

Portfolio



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse