Asie Centrale
Scythes

Guerriers scythes

Durant la tyrannie de Pisistrate, jusqu’à mille archers scythes servirent dans la police des tribunaux et des assemblées d’Athènes. Ils portaient leur tenue traditionnelle (pantalon, bonnet, goryte, petit sabre ou hache). Le motif des archers scythes sera d’ailleurs repris sur de nombreux vases grecs.

JPEG - 16.9 ko
Plat attique illustré d’un archer scythe (510-500 av. J.-C).

Les Scythes utilisaient des arcs de corne à double courbure dont la corde était faîte de tendons d’animaux. Leurs flèches à pointe trilobée en pierre, en os ou en bronze étaient rangées dans un carquois, appelé gorytis, qui se portait au côté gauche attaché à la ceinture. Le guerrier scythe était aussi armé d’une épée courte, l’akinakès, et d’une courte dague attachée à la jambe gauche ; toutes deux bien adaptées au combat à cheval. Certains portaient des lances et des étendards très décorés. Au contact des Grecs, les Scythes complétèrent leur équipement en y rajoutant le casque, la cotte de maille et un petit bouclier rond mieux adapté à l’usage des cavaliers. Les lassos en tendons d’animaux étaient réservés pour la chasse.

Hérodote décrit une coutume cruelle pratiquée par les guerriers scythes qui consistait à scalper les ennemis et à faire une coupe à boire avec son crâne recouvert d’or. Cette coupe se portait à la ceinture et était destinée aux cérémonies de prestation de serment de fraternité au combat. Les guerriers avaient droit à une part de butin s’ils rapportaient la tête d’un ennemi vaincu.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse