Asie Mineure
L’Ionie

Ephèse, la cité d’Artémis

JPEG - 39.6 ko
© Jean Savaton
Bibliothèque de Celsus.

L’emplacement de la ville explique son occupation très ancienne (av. le Ier millénaire) : à l’embouchure du Caystre, au fond d’une baie bien protégée, au débouché de la grande route commerciale qui traverse l’Anatolie. Capitale de la province romaine d’Asie dès 129 av. J.-C., elle compta jusqu’à 200 000 habitants. Capitale politique, commerciale, célèbre pour le culte rendu à Artémis, Ephèse était aussi une capitale intellectuelle, ce qui explique les différents séjours qu’y feront, à l’époque romaine, Paul et Jean, ainsi que la Vierge Marie qui serait enterrée à la Meryemana.

JPEG - 24.2 ko
© Jean Savaton
Portique du prytanée.

Éphèse était riche. Cette renommée, trop bien entretenue, la perdit en attirant les convoitises des Barbares. L’or y affluait de toutes parts. Les orfèvres de la ville fabriquaient des temples d’argent en miniature et des statuettes que les touristes emportaient en souvenir de la divine cité. Métropole asiatique, ses banques regorgeaient d’or et étaient soigneusement administrées par le grand chef des Eunuques qui gérait aussi les richesses de l’Artémis éphésienne. L’une de ces banques, l’Artémision, était, en même temps qu’un temple, le premier établissement international de crédit et le plus grand qui ait existé dans l’Antiquité.

C’était aussi une très belle cité ornée de splendides monuments. La Bibliothèque de Celsus fut achevée vers 120 de notre ère. Elle abritait 12 000 rouleaux rangés sur des étagères placées dans des niches, protégées de l’humidité par un ingénieux système d’aération. Les niches de façade contenaient des statues symbolisant la sagesse (Sophia), la science (Episteme), la fortune (Ennoia) et la vertu (Arete) de Celsus.
La Porte de Mazeus et de Mithridate tient son nom de celui des deux affranchis d’Auguste qui la firent construire. Elle donne accès à l’agora   commerciale. C’est dans le théâtre qui pouvait contenir 24 000 spectateurs que St Paul précha le christianisme mais fut conspué par une coalition soulevée par Démétrius, un bijoutier, criant « Grande est l’Artémis d’Ephèse ».


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse