Afrique
Lagides

Sérapis

Ce dieu récent du panthéon égyptien est une création due à la politique religieuse des Ptolémées, dont les théologiens transformèrent le dieu égyptien Ousir-Hapy en Sérapis, lui donnant les attributs de plusieurs dieux égyptiens et grecs. Ce culte de Sérapis aurait duré tout le temps de la dynastie lagide.

JPEG - 18.6 ko
Buste de Sérapis.

Il ne cesse, bien qu’immortel, de mourir et de renaître, dieu de la vie et de la mort à la fois. Sérapis s’identifie à Osiris. Comme Osiris, c’était un dieu de l’au-delà et de la production céréalière. C’est à ce titre qu’il est rapproché de Dionysos, dont les mystères célèbrent une mort et une résurrection. Sérapis est aussi un dieu guérisseur, comparable à l’Asclépios grec. Il guérit les hommes en leur envoyant des songes interprétés par les prêtres.

Sérapis est généralement représenté assis sur un trône, avec à son côté Cerbère le chien des Enfers, ou debout, à demi-nu, le sceptre à la main. Mais son attribut le plus caractéristique est sa coiffure (le calathos) en forme de corbeille décorée de rameaux d’olivier ou d’épis de blé.

Sérapis se transforma progressivement en un dieu masculin universel, maître du ciel, de la terre, de la mer, source de toute vie, reprenant les caractéristiques de Zeus : barbe épaisse et ample tunique. Adopté comme dieu dynastique par les Ptolémées, Sérapis reçut Isis pour épouse.

Le culte de Sérapis était très populaire. Il fut instauré dans un nouveau temple, le Serapeion, érigé à Rhakotis, quartier d’Alexandrie. C’est dans ce temple que se déroulait la cérémonie religieuse marquant le passage des jeunes garçons dans la classe des éphèbes.

D’Alexandrie, le culte s’étendit à d’autres villes du monde grec tout autour de la Méditerranée. Puis il gagna Rome à l’époque impériale et demeura vivace jusqu’au premier siècle de notre ère. La faveur dont il jouit en dehors de l’Égypte ne fut dépassée que par celle de la déesse Isis.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 17 mai 2015
2005-2017 © Clio la Muse