Arabie & Levant
Palmyre

Odeinat II
dit le Grand</I>

L’émergence d’une dynastie locale

L’avènement des Sassanides au début du IIIe siècle perturbe le commerce avec la Mésopotamie : les caravaniers transfèrent leur négoce vers la Mer Rouge et deviennent armateurs. Dans le même temps, l’empire romain est affaibli par ses dissensions internes alors que la pression des Barbares s’accentue aux frontières. Ces deux évènements concourent à l’avènement d’une semi-indépendance de Palmyre. Un dénommé Odeinat, issu d’une famille qui jouissait de l’estime de ses contemporains, et qui avait reçu la dignité de sénateur, prend le titre de roi.

Son fils, Hairan lui succède vers 250. Stratège   de Palmyre au temps de la guerre parthique, il seconda si bien Septime Sévère que l’empereur lui permit de prendre son prénom de Septimius, qui devint dès lors le gentilitium de la grande famille palmyrénienne. En 258, le futur Odeinat le Grand, frère ou fils d’Hairan, obtient le titre de vir consularis, c’est à dire gouverneur de la province romaine de Syrie-Phénicie.

Une ascension fulgurante

En 260, l’empereur Valérien est battu par l’armée sassanide de Sapor Ier : 70 000 légionnaires et l’empereur lui-même sont fait prisonniers. La situation est cruciale pour Rome d’autant que les Sassanides s’apprêtent à attaquer Antioche. Surviennent Odeinat et son armée qui les repoussent et sauvent les territoires romains en Orient. En récompense, le nouvel empereur, Gallien, charge Odeinat de la défense de l’Orient en lui donnant le titre de « dux Romanorum », c’est à dire commandant en chef des légions romaines en Syrie, puis celui de « Correcteur de tout l’Orient » et même « Impérator ». Deux usurpateurs, Ballista et Quiétus, s’étant proclamés empereurs et ayant été reconnus par l’Égypte, Odeinat les fait assassiner à Emèse  . La guerre contre les Sassanides reprend en 262 après l’échec d’une tentative d’accord. Odeinat conquiert Ctésiphon, puis Nisistris et Carrhes lors d’une seconde campagne en 266. Il prend alors la titulature de « Rois des rois », ce qui dénote une influence perse.

Odeinat et son fils Hérodien sont tués durant une campagne contre les Goths en Cappadoce en 266. La tradition veut qu’il s’agisse d’un assassinat dirigé par son neveu Moenius suite à une querelle de chasse. Le fils aîné de sa deuxième femme, Wahballat, lui succède en reprenant les mêmes titulatures mais le pouvoir, du fait de sa jeunesse, est dirigé par sa mère, la reine Zénobie.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse