Monde Grec
Séleucides

Antiochos III
( le Grand)

Dernier grand roi (223 - 187) de la dynastie séleucide. Antiochos réforma l’empire en réduisant la taille des provinces ; en établissant un culte du roi et de son épouse. En 187, il fut assassiné près de Suse dans un temple consacré à Baal qu’il venait de piller.

JPEG - 5.6 ko
Antiochos III.

Rétablissement de l’empire

Le début de son règne est marqué par la dissidence de Molon et de son frère Alexandre, respectivement satrape de Médie et de Perse. Durant la quatrième guerre syrienne, il s’empara de plusieurs ports importants comme Seleucie-en-Pierie  , Ptolémaïs. En 218, il s’empare de la Coelé-Syrie (le Liban) et de la Palestine. Conquêtes perdues en 217, après défaite de la phalange   séleucide face à la phalange égyptienne à la bataille de Raphia.

Malgré de sérieux revers contre d’autres rébellions soutenues par l’Égypte, il parvint à rassembler une armée de 100 000 fantassins et 20 000 cavaliers qu’il lança dans une série de campagnes pour reconquérir les territoires précédemment perdus, au profit des Parthes, et mater la rébellion des Bactriens.
Cette campagne militaire, de 212 à 205, qui va le conduire jusqu’aux portes de l’Inde, fut un succès. Antiochos commença par soumettre l’Arménie puis reprit Hécatompylos   aux Parthes et occupa la Parthie.

Antiochos préféra alors faire la paix avec les Parthes afin de se consacrer totalement au conflit contre Euthydeme de Bactriane : il accorda le titre de roi à Artaban Ier en échange de sa vassalité et de l’envoi de troupes parthes pour renforcer son armée. Après une rude campagne contre la cavalerie d’Euthydeme (le siège de Bactres dura deux ans), Antiochos III lui accorda le titre de roi de Bactriane et maria sa fille avec Demetrius, fils d’Euthydeme. Puis, Antiochos III franchit l’Hindou-Kouch et passa un accord avec le roi indien Sophagasenos qui lui procura des éléphants de guerre. Il revint ensuite vers l’Ouest, tout comme Alexandre, par l’Arachosie et la Drangiane, à l’embouchure du Tigre. Il reçoit alors le surnom mérité d’Antiochos le Grand même si à l’issue de ses campagnes, il a avalisé de fait la perte des provinces orientales de l’empire.

Il s’empara enfin de la Cœlé-Syrie lors de la cinquième guerre de Syrie (202-198). Après la mort de Ptolémée IV Philopator, il conclut un accord secret avec Philippe V de Macédoine pour se partager les possessions égyptiennes d’Asie Mineure, de Chypre et du sud de la Syrie. Bien que Philippe V fut stoppé dans son avance par la guerre contre Rhodes  , Pergame et leur alliée Rome, Antiochos s’empara de la Coelé-Syrie et poursuivit sa marche contre l’Égypte. Par la paix conclue en 195, la Coelé-Syrie et les territoires égyptiens d’Asie Mineure sont rattachés à l’empire séleucide, quand à l’Égypte, par le mariage de la fille d’Antiochos avec Ptolémée V, elle devint un quasi-protectorat séleucide. L’empire séleucide connaît alors son apogée.

Défaite face à Rome

En 198/197, Antiochos occupa une partie des possessions territoriales de Pergame et en 196, il franchit l’Hellespont   avec 10 000 hommes pour s’emparer des possessions que les Lagides conservaient sur les côtes d’Asie Mineure comme la Thrace (194). Rome ne pouvait tolérer un tel état de fait. Après l’envoi de multiples ambassades demandant le retrait des Séleucides du continent européen et l’asile accordé par Antiochos à Hannibal en 195, la guerre entre les deux puissances du moment s’enclenche dès 192. Seuls les Etoliens apportèrent leur soutien à Antiochos, soit environ 4 000 soldats supplémentaires, tandis que la Macédoine, Rhodes, Pergame et la Ligue Achéenne rejoignirent le camp des Romains. En 191 les Séleucides sont battus au défilé des Thermopyles. Les Romains poursuivirent les Séleucides en Asie Mineure et à la bataille de Magnésie du Sipyle les défirent définitivement. Antiochos est contraint d’accepter les conditions humiliantes de la paix d’Apamée qui réduisent son royaume à la Syrie, la Mésopotamie et l’ouest de l’Iran.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 3 juin 2015
2005-2017 © Clio la Muse