Monde Grec
Macédoniens

Les Epigones

Nom donné aux fils et successeurs des Diadoques.

Cassandre

(vers 358-297). Fils d’Antipatros et roi de Macédoine. Après avoir vaincu le régent Polyperchon que son père avait désigné comme étant son successeur légitime (319), il devint maître de toute la Grèce avec l’aide d’Antigonos. Il s’empara d’Athènes et en confia le gouvernement à Démétrios de Phalère. Il ordonna l’exécution d’Olympias, de Roxane et d’Alexandre Aigos, son fils. Il prit le titre de roi (basileus) en 305. Battu aux Thermopyles, il perdit ses possessions au sud de la Thessalie. Il s’allia   avec Lysimaque, Ptolémée Ier et Séleucos. Après la victoire d’Ipsos (301), il obtint en partage la plus grande partie de la Grèce et retrouva les territoires perdus précédemment. Après sa mort, ses fils, par leurs querelles ne parvinrent pas à conserver le royaume qu’il avait constitué.

Démétrios Ier Poliorcète

(336-283). Fils d’Antigone Le Borgne, ayant grandi dans le camp de son père, il fut élevé selon une stricte discipline militaire. Il avait quatorze ans à la mort d’Alexandre, qu’il a selon toute vraisemblance côtoyé, et avec lequel, il partageait quelques traits de caractère dont celui du combattant héroïque envoûtant et un peu fantasque qui se consacre autant aux plaisirs du luxe et des banquets tout en étant extrêmement énergique dans l’action. Il fut marié jeune avec Phila, fille de l’administrateur impérial Antipatros, dont il eût un fils aîné, Antigonos Gonatas.

Vaincu en 312 près de Gaza par Ptolémée Ier, ce dernier beau joueur laisse la liberté à ses soldats fait prisonniers. Démétrios Ier lui rendra la pareille peu après, avant de chasser les garnisons lagides de Lycie et de Carie. Puis il mène campagne contre les Nabatéens avant de se lancer dans la « libération » de la Grèce. Démétrios s’empare d’Athènes (307) et en chasse Démétrios de Phalère installé par Cassandre à qui il enlève ensuite toute l’Attique, la Béotie et une partie du Péloponnèse. En remerciement, Athènes lui décerne, ainsi qu’à son père, le titre de roi et différents honneurs. Démétrios épouse alors une athénienne descendante de Miltiade. Son père le sollicite pour mener le siège de Chypre contre les Lagides. C’est à cette occasion qu’il devra son surnom de Poliorcète en raison de l’habileté particulière qu’il montra dans l’art des sièges en inventant plusieurs machines dont une fameuse hélépole haute de cent pieds. De même, afin de s’emparer de Tyr et Sidon, il fait construire des navires d’une taille exceptionnelle (comprenant jusqu’à seize rangs de rameurs selon la légende !) et remporte une glorieuse victoire maritime (306) contre Ptolémée. Démétrios échoue devant Rhodes   mais obtient son alliance contre Ptolémée.

En 304, il revient en Grèce pour repousser Cassandre qui menaçait Athènes. Lors de son second séjour dans la cité, il se conduit, selon les sources athéniennes, comme un débauché. Il s’empare ensuite, parfois en achetant les garnisons ennemies, de l’Arcadie, d’Argos, de Sicyone et de Corinthe. A Argos, il se marie, pour la troisième fois, avec une sœur du jeune Pyrrhos dont il aura un fils, Alexandre. De retour à Athènes, il se livre à de nouvelles débauches avant d’être rappelé par son père aux abois face à une nouvelle coalition des Diadoques. Malgré son brillant courage, Démétrios est battu à la bataille d’Ipsos (301). Athènes lui ferme ses portes et il doit se réfugier chez son beau-frère Pyrrhus. C’est alors que Séleucos, qui jusqu’à présent avait toujours été l’ennemi de son père, lui offre la main de sa propre fille afin de sceller leur alliance contre Ptolémée. Démétrios rejoint avec sa flotte la Cilicie dont il s’empare. A la mort de Cassandre (297) Démétrios revient en Grèce et Athènes, lasse de la tyrannie de Lacharès, lui ouvre ses portes. Puis il s’empare de Sparte, après avoir défait son roi Archidamos, et de la Macédoine, dont il prit le titre de roi (294) que Pyrrhus convoitait. Il s’y maintient jusqu’en 288, détrôné par Pyrrhos qui a rejoint entre-temps la coalition de ses ennemis (Séleucos, Ptolémée, Lysimaque).

Démétrios envahit alors l’Ionie, propriété de Lysimaque, et s’y marrie une cinquième fois avec une fille de Ptolémée, Ptolémaïs, en rupture avec son père. Après quelques victoires en Lydie et en Carie, sa fortune se retourne en Phrygie où ses troupes sont décimées par la faim et la maladie. Démétrios sollicite alors le secours de Séleucos auquel il finit, abandonné par ses mercenaires, par se livrer. Séleucos l’exila à Apamée (286) jusqu’à sa mort (283). Son urne funéraire portée par son fils Antigonos reçut les honneurs de toute les villes traversées lors de son voyage ultime vers la forteresse de Démétrias en Thessalie.


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse