Monde Grec
Séleucides

Séleucos Nicatôr
(358-281 av. J.-C.)

Ses conquêtes

Séleucos était le fils d’Antiochos, un des généraux de Philippe II de Macédoine. Il suivit Alexandre dans ses conquêtes mais sans particulièrement s’illustrer. Il participa au complot qui supprima le régent de l’empire, Perdiccas (321) et la même année il obtint la satrapie de Babylonie au partage de l’empire entre les Diadoques à Triparadisos.

JPEG - 14.4 ko
Buste de Séleucos Nicatôr.

En 314, il est chassé de Babylone par Antigone et il doit se réfugier auprès de Ptolémée en Égypte. Il revient à Babylone en 312, date qui marque la véritable fondation du royaume séleucide. Cette victoire lui assure la majeure partie de l’ancien empire perse : Médie, Perside, et Susiane.

Entre 311 et 302, Séleucos réexplora tout l’empire oriental d’Alexandre jusqu’à l’Iaxartès et jusqu’à l’Indus mais la route lui était barrée par Chandragupta (Sandrocotte), qui avait établi sa domination sur toute l’Inde du nord. En 302, Séleucos dut lui abandonner l’Arachosie et la Gédrosie contre 500 éléphants. Ce traité fut scellé par un mariage : Séleucos donna sa fille ou sa nièce en mariage à Chandragupta ou à son fils Bindusara.

Au partage, qui suivit la victoire de la coalition contre Antigone à la bataille d’Ipsos (301), Séleucos obtint la Syrie. Séleucos ayant réuni une puissante armée affronta Lysimaque, son ancien allié, à la bataille de Couroupédion (281) et le vainquit. Il était désormais maître de l’Asie Mineure et allait s’emparer de la Thrace et de la Macédoine lorsque, à soixante-quinze ans, il fut assassiné (281) par Ptolémée Kéraunos, fils aîné de Ptolémée Ier.

Son œuvre

Durant son règne, le royaume séleucide connût sa plus grande extension : il s’étendait en Asie Mineure jusqu’au rivage de la mer Egée, à l’est jusqu’aux frontières de l’Inde. Dans les faits, son royaume sera pourtant essentiellement syrien, situation accrue par le choix d’Antioche comme capitale, le reste de l’empire étant le plus souvent aux mains des Parthes. Ses conquêtes, lui valurent le titre de Nicatôr, « le Victorieux ». Il donne son nom à la dynastie des Séleucides.

Son œuvre principale fut la fondation de nouvelles villes et de colonies grecques afin d’helléniser en partie l’Asie et d’améliorer les routes nouvellement relevées. En 300, il fonde quatre cités de grand avenir, les « villes sœurs », Séleucie du Tigre, Antioche (d’après le nom de son père Antiochos) sur l’Oronte, Apamée (d’après le nom de son épouse, Apama qu’il avait épousé à Bactres) et Laodicée (d’après le nom de sa mère, Laodice). On lui attribue plus de 50 fondations (ou refondations) de cités et plusieurs Antioche, Séleucie ou Alexandrie parsèment son royaume. Ces villes étaient généralement construites selon un plan hippodamien  .


 



Accueil | Plan | Crédits

   Creative Commons License

Dernière mise à jour : 19 décembre 2014
2005-2017 © Clio la Muse